.

Monde en poésie ce monde en vie au-delà des apparences. Un monde sensible à la croisée des arts. Notre humanité, nos humanités & La poésie plus fondamentale qu'une forme littéraire. Un élément vital « Une substance de vie » (ainsi la nomme Edgar Morin). Quelque chose d'autre coule dans nos veines, quelque chose qui ne demande qu'à être vu pour se dévoiler. Se dire en mots et en silence. Entre les mots les visages surgit soudain l'essence que l'on nomme poésie.

Voici venu cet amour-là, ce temps de la fête, celui de l’horizon fabuleux que dévoile la poésie. C’est l’heure ou Celle qui vient à pas légers, Jacques Réda, nous surprendre dans notre sommeil, donne au réveil sa plus vive lumière. La poésie ne saisit pas le réel comme tout le monde ! Elle en révèle sa complexité et toute sa saveur. Si elle dit que la terre est bleue comme une orange, il faut la croire et l’écouter encore nous dire Tu as toutes les joies solaires/ Tout le soleil sur la terre/ Sur les chemins de ta beauté, Paul Eluard, L’amour la poésie. Au fond, la poésie est une parole de liberté. Une belle aventure nous attend :

Suivre maintenant la voix du poème

Allons ! Voyageur inconnu viens avec moi !

Plus jamais tu ne te lasseras de ton voyage.

Walt Whitman, Chanson de la piste ouverte, Feuilles d’herbes.



Brigitte Maillard
extrait de A l'éveil du jour pages 129 130 Monde en poésie éditions

mercredi 22 juin 2016

Poésie des mers

une écriture (vive les oiseaux) © Brigitte Maillard clic pour agrandir
on respire la mer © Brigitte Maillard clic pour agrandir

Poésie des mers Brigitte Maillard photographie

mercredi 15 juin 2016

La Muse, Chapelle Saint Louis, Barneville-Carteret



Ce sera un bel évènement, ce jour du 24 juillet 2016. La chapelle Saint Louis de Barneville-Carteret sur la Côte des Isles dans le département de La Manche, accueille tous les Amis des Arts lors de l’inauguration d’une création :

La Muse SURSUM CORDA, un vitrail de toute beauté, une œuvre née sous l’impulsion de Marc Bouriche auteur et poète - en étroite collaboration avec l’Association des Amis de la Chapelle Saint Louis - qui a réuni les artistes Danielle Yvetot artiste verrier, responsable de l’assemblage, la mise en plomb et l’installation, Josette Trublard, maître verrier, réalisatrice des découpes et de la peinture sur verre,   Graziella Curreli plasticienne, auteur du concept et du carton.
Cette création représente la vie dans ce qu’elle a de plus sacré. "L’Art comme révélateur de l’existence de l’Âme". Cette œuvre fait référence à la philosophie grecque, l’Islam du Moyen Âge, et l’Egypte ancienne. De facture classique, alliée à l’audace de la modernité, cette muse, figure intermédiaire entre la terre et le ciel, nous inspire déjà la lumière "flamboyante" dont elle est le "creuset."
 
fragment du vitrail La Muse

"Le prix Nobel JMG le Clézio nous dit de Jean Grosjean qu’il fut le passant et le passeur du XXème siècle. En écho à cette pensée de Malraux : « le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas », Jean Grosjean, poète exégète, traducteur de textes sacrés et mystique moderne mort en 2006 à 94 ans, suggérait déjà par son œuvre magistrale que la dualité terre/ciel, esprit/matière n’aurait plus cours dans les spiritualités à venir qui se tourneraient vers la vie.
Dans ce projet de vitrail pour la chapelle Saint-Louis qui sera aussi au service des arts nous avons tenté de rappeler, comme Jean Grosjean, que la dualité n’est plus une voie possible pour les pèlerins du divin et que l’art est un chemin de choix.
Marc Bouriche"


Sur le chemin qui conduit à la Chapelle, Le chemin de poésie, vous pouvez découvrir dés aujourd’hui ces poèmes de Lise G. et Brigitte Maillard. C’est une joie d’être là dans cet espace de silence, par la présence des poèmes. Lors de l’inauguration je dirai certains d’entre eux.


Photos Marc Bouriche clic pour agrandir

Dés 21 heures ce 24 juillet, un concert de musique baroque Il ballo ensemble musical et instrumental avec Luanda Siqueira Soprano et Leonardo Loredo de Sà Luth, théorbe & direction









 

La Muse, Chapelle saint Louis, Carteret

samedi 4 juin 2016

Juste quelques instants

C’est la poésie, celle que l’on partage avec la vie.
comme une invitation à se retrouver au coeur de vivre 

Juste quelques instants (une petite collection en toute simplicité que j’ai créée sur You tube) pour célébrer nos  instants, une minute de temps en temps…




" Je ne vois plus les navires, je ne vois plus les hommes, je ne vois plus les caisses. Je ne vois plus la poésie qu'entre les lignes. Elle n'est plus pour moi, elle n'a jamais été pour moi dans les livres. Elle flotte dans la rue, dans le ciel, dans les ateliers sinistres, sur la ville. Elle plane magistralement sur la vie qui, par moments, la défigure. Et ce ciel, tourmenté et changeant, qui se reflète sur les routes, à peine dessinées, de l'avenir, dans les flaques, ce ciel qui attire nos mains, ce ciel soyeux, caressé tant de fois comme une étoffe - derrière les vitres brisées, la poésie, sans mots et sans idées, qui se découvre. " Pierre Reverdy Flaques de verre, Flammarion


Juste quelques instants,  contemplation, poésie

La simple évidence de la beauté, Brigitte Maillard

La simple évidence de la beauté



Brigitte Maillard, La simple évidence de la beauté, Monde en psie éditions
60 pages 8 euros

Parution ce jour d’une réédition de La simple évidence de la beauté aux éditions 
Monde en poésie. Ce livre est paru en 2011 aux Editions Atlantica. 


Tout renseignement sur le site de Monde en poésie éditions

Ici un extrait de ce livret en version audio enregistrée avec le musicien Christophe Jacquemin





 La simple évidence de la beauté, Brigitte Maillard

jeudi 2 juin 2016

Michel Cazenave, La musique du monde




  " Le poème nous emmène vers toute la musique du monde"
     
 
et ce matin ces mots éclairants de Michel Cazenave sur le site/revue Recours au poème
Un interview  à découvrir dans son intégralité






(...) Comme le disait Jung à la fin de "Ma Vie", le monde qui nous entoure est d'une éclatante beauté, et aussi, d'une insoutenable cruauté. La poésie nous "sert" à nous frayer notre chemin vers la pure Beauté, et il m'apparaît de jour en jour plus clairement que le poème nous emmène vers toute la musique du monde (que les sceptiques néo-aristotéliciens en ricanent à leur aise !), et vers ce que beaucoup d'auteurs modernes nomment la "cosmodernité", c'est-à-dire la relation à l'ensemble de l'Univers sous le "pouvoir" de l'Amour."



Michel Cazenave, La beauté du monde