.

Monde en poésie ce monde en vie au-delà des apparences. Un monde sensible à la croisée des arts. Notre humanité, nos humanités & La poésie plus fondamentale qu'une forme littéraire. Un élément vital « Une substance de vie » (ainsi la nomme Edgar Morin). Quelque chose d'autre coule dans nos veines, quelque chose qui ne demande qu'à être vu pour se dévoiler. Se dire en mots et en silence. Entre les mots les visages surgit soudain l'essence que l'on nomme poésie.

Voici venu cet amour-là, ce temps de la fête, celui de l’horizon fabuleux que dévoile la poésie. C’est l’heure ou Celle qui vient à pas légers, Jacques Réda, nous surprendre dans notre sommeil, donne au réveil sa plus vive lumière. La poésie ne saisit pas le réel comme tout le monde ! Elle en révèle sa complexité et toute sa saveur. Si elle dit que la terre est bleue comme une orange, il faut la croire et l’écouter encore nous dire Tu as toutes les joies solaires/ Tout le soleil sur la terre/ Sur les chemins de ta beauté, Paul Eluard, L’amour la poésie. Au fond, la poésie est une parole de liberté. Une belle aventure nous attend :

Suivre maintenant la voix du poème

Allons ! Voyageur inconnu viens avec moi !

Plus jamais tu ne te lasseras de ton voyage.

Walt Whitman, Chanson de la piste ouverte, Feuilles d’herbes.



Brigitte Maillard
extrait de A l'éveil du jour pages 129 130 Monde en poésie éditions

samedi 28 mai 2016

Mers ( La poésie des mers)



Voici un des regards, un des secrets  de ce Pays Bigouden. Toujours étrangement lumineux, c'est vrai qu'on est là au bord du monde, c'est le chant du Finistère, sa danse lumineuse

Un jour dans le sable je suis tombée
depuis je vis au bord de la mer 


"Car ce n’est, au fond, que ça la poésie, du sable. 
Un sable il est vrai transmuable, par aventure en cristal" Pierre Reverdy

extrait Page 60 Brigitte Maillard ( réédition) La simple évidence de la beauté 
 Monde en poésie édition





mer argentée en pays bigouden
© Brigitte Maillard

mer pays bigouden
© Brigitte Maillard




Si la Mer s’ouvrait
Et dévoilait une autre Mer -
Et celle-là - une autre encore - et toutes Trois
N’étaient que l’annonce -

D’une infinité de Mers -
Libres de Rivages -
Elles-mêmes Rives de Mers à venir -
L’Eternité - la voilà -

 Emily Dickinson, Vivre avant l’éveil, Editions Arfuyen

Mers Finistère Pays Bigouden   La poésie des mers)

mercredi 25 mai 2016

Zeno Bianu, le désespoir n'existe pas, Aligre fm 93.1

(article déja paru en 2011 réactualisé ce jour)
 


Vient de paraitre en 2016 chez Gallimard "Infiniment proche" suivi de "Le désespoir n'existe pas", deux recueils en un même volume avec une préface d'Alain Borer.

A découvrir une émission de mai 2016 Leili Anvar, Les Racines du ciel, rencontre avec Zeno Bianu  "Habiter poétiquement le monde"

Retrouvez un extrait d' "Infiniment proche", "credo" intense de Zeno Bianu sur ce blog
ainsi qu'une présentation de "Prendre feu,  "John Coltrane Meditation" 






le monde est un arbre
et nous sommes les feuilles
de ses branches
nous feuillons infiniment
entre splendeur et souffrance


Émission sur Aligre fm 93.1  
Zeno Bianu
ce lundi 18 juillet 2011



C’est l’histoire d’un homme qui " commencerait par être …"Au fil de ces instants qui font toute sa vie, il marchera « jusqu’à disparaître…un sourire sous la cendre »…

Zeno Bianu est un poète de l’émerveillement. Nous sommes avec lui sur le chemin du mystère inouï de la création.La langue ni ne gesticule ni ne se désarticule. Elle est présente. La traversée est profonde, chaude comme " l’éternité langoureuse " et "  tremblée " comme le souffle de Chet Baker. Je suis saisie de la tête au pied par l’énergie de ce recueil que je ne cesse d’explorer :" tout au fond des mots/ je perds la tête et un peu plus ". Il me travaille au corps. " redevenir les fils d’Adam/ en faisant chanter/ tout le corps dans la voix ".

Ce livre est orchestré par un musicien. Tout se joue ici. Le vivant, de la mort, la parole, de la blessure, le souffle, de la voix. Tout " se croise et s’entrecroise " révélant ainsi la tramée de l’existence. Je pense à Artaud, au poète qui cherche à faire advenir ce qui n’est pas encore… L’espace est aimanté et par degré s’ouvre " le passage parlé en nous ".

je vois un sceau
une empreinte
des tiges de roseau
qui bruissent sans relâche-
«  tu ne sais pas ce que c’est que l’amour »
un appel
à une autre respiration
le profond
de l’intimité créatrice

je vois
notre vraie tête
notre tête originelle
pelote de lichens irisés
sphère ouverte
revenue de tout
en orbite
autour du coeur

Ce recueil aurait-il la vertu d’animer le monde, de le faire résonner au delà des possibles, de faire de nous des " danseurs de paradis "…

Biographie Zeno Bianu Art Point France
Zeno Bianu  Monde en poésie
Sur le site de L'INA




Brigitte Maillard

Zeno Bianu, le désespoir n'existe pas, Aligre fm 93.1