mercredi 29 décembre 2010

Bonne Année !

 et chaque année depuis l'an 2009 revient ce poème 
avec tous mes voeux de bonheur pour 2013, 2014, 2015, 2016 !









à vous
bONne AnNÉe


Au ciel qui vient vers nous
À la vie soudaine qui se livre.

Bonne année aux fleurs aux amis aux ennemis
À tous les êtres de chair.

Bonne année aux pommes aux fruits à l’hiver et à la neige
Bonne année à tous les exilés

Que les chants d’amour nous renversent
et nous inondent de leur beauté.

Bonne année aux rouges-gorges aux hyènes à Louis XIV
Robin des Bois et à toutes les histoires qu’on s’imagine.

Bonne année à tous ceux qui dorment en bas de la rue
Comme à tous ceux qui dorment déjà dans les étoiles.

Bonne année enfin à l’amour qui nous unit
À la chair qui frémit aux souffles qui se mêlent
Aux chevauchées d’amour.

Bonne année à la lumière qui monte du fond du tableau
Bonne année à l’envie de vivre aux amants enlacés

Bonne année au nouveau monde








Brigitte Maillard - Tous droits réservés - Sacem 2009

Bonne Année ! Poésie





Bonne Année en poésie

dimanche 19 décembre 2010

La simple évidence de la beauté

"La simple évidence de la beauté" est le titre
de mon premier livret de poésie 
paru en juin 2011 aux éditions Atlantica
puis rééditée en 2016 à Monde en poésie éditions

Ce jour à la Pointe de la Torche, je ressens la beauté d’un monde.
Plus j’avance sur la plage, plus je me sens recouverte d’un air
jusqu’alors impalpable pour moi. Je marche avec la beauté.
Elle semble se dévoiler et d’avantage venir vers moi que je ne vais à elle. 
Je ne la regarde plus, c’est elle qui me vibre. C’est si dense.
Je conduis enfin mon rêve. 
Je suis livrée à la beauté du monde, j’ose enfin l’éprouver.
Cliquez sur les photos pour les agrandir



la tête sur le rivage
je regarde passer la mer
elle s’efface sur la sable
sa beauté danse sur la grève




le feu conduit la ligne de beauté
au chant des mers
et je pénètre dans l'inconnu
c'est brillant comme la nuit
fort comme le rêve

Seuls mes pas guident le monde







Je voulais en cette semaine de Noël vous dire toute 
 ma joie de partager avec vous qui me lisez 
cet étonnant voyage à l'air libre
cette simple évidence de la beauté
Joyeux Noël





 © Brigitte Maillard- textes et photos

http://www.brigittemaillard.net/




La simple évidence de la beauté, Brigitte Maillard, poésie


mercredi 1 décembre 2010

Le silence, Michel Camus, L'arbre de vie du vide



MICHEL CAMUS, Le poète du silence






Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
M'éloigner de mon arbre
Auprès de mon arbre
Je vivais heureux
J'aurais jamais dû
Le quitter des yeux
Georges Brassens




Jamais livre ne m’aura laissé aussi silencieuse que celui-là
L’arbre de vie du vide…de Michel Camus

Le vide serait-il en vie ? Est-il la source où l’arbre prend racine ?


Je retourne souvent ce livre dans mes mains, comme pour mieux sentir quelque chose qui n’est pas là…. Je touche la matière du bout des doigts.
Des mots imprimés sur un papier Ingres d’Arches. 
63 pages qui guettent le silence, des fragments et une solide colonne vertébrale.
Michel Camus auteur et éditeur ( Les éditions Lettres vives fondées en 1981 avec Claire Tiévant ) aime que les livres naissent « moins d'une connaissance qui vient de l'extérieur que d'une écoute intérieure qui interroge les sources de la conscience »
Ainsi chemine-t-il avec les quêteurs d’absolu . 


Basarab Nicolescu, auteur et Physicien (  notre interview ici ) dans sa préface, évoque cette figure qu’est l’homme troué (  notre article ici)  qui traverse cet écrit. L’arbre de vie du vide apparaît ainsi comme un véritable traité du silence…Au fil de la lecture, les mots eux-mêmes commencent à  s’effacer en s’intensifiant. Ils me font vivre un drôle de voyage. J’entre dans un mouvement immobile ( je fais du sur place avec intensité !) qui met toute chose en mouvement…et je pense à Joan Miro " (...) ce que je cherche, c'est le mouvement immobile, quelque chose qui soit l'équivalence de l'éloquence du silence " 


Bleu III Centre Pompidou Paris, 1961



Que sait-on sans mot dire du silence ?
L’unité du son et du silence s’entend
Dans l’apparition du murmure
Issu de la source en amont :
Et du silence et de la parole ;
disparaissant d’un seul tenant
comme la note finale du dernier tango de l’aurore

Michel Camus page 31 - L'Arbre de vie du vide



Quand le silence devient-il effectif
charnellement présent ?
dans l’érotisme, l’oeuvre d’art et la mort :

Confondus d’un seul tenant
dans leur propre silence.

Seul le silence de l’amour peut combler
de lumière
les bouches d’ombre de nos pensées.

Le silence fermé sur soi du monde minéral
ne s’ouvre qu’aux racines
de l’arbre de vie du vide

Michel camus - page 23 - l'Arbre de vie du vide




S'ouvrir tout entier au silence c'est peut-être mettre de l'ordre dans ce chaos de l'existence




Brigitte Maillard


Voir aussi article du poète Alain Suied,  Michel camus le silence du monde



Le silence, Michel Camus, L'arbre de vie du vide