mercredi 13 avril 2016

Noël X. Ebony, Déja vu, suivi de Chutes, Quelque part




Noël X.Ebony.


au bout du chemin clair qui remonte d'assinie
vint à lui le père et dit
fils dis-moi le verbe
et il sourit
lors parut la mère et dit
fils dis-moi le temps
et il sourit
et se tut
le roc.







C'est une écriture à la croisée de l'oralité africaine et de notre modernité.
J'y ai plongé sans référence aucune, sans savoir d'où elle venait.
Et puis au fil des mots je me suis retrouvée Quelque part... sur ce chemin
à l'aura du mystère et de la simplicité.
J'y suis toujours, tant j'ai aimé ce texte du poète et journaliste ivoirien Noël X.Ebony.

Les éditions l’Harmattan viennent de rééditer le récit poétique qui le fit connaître 
en 1983 Déjà vu auquel s’ajoute cet inédit poème éponyme, Quelque part

un pas vif, puis c'est un autre pays; les carrés de maison
se succèdent en territoires, liés par une loi plus grande: inconnue.
les hommes boudent, déplient leurs étables, remontent une
impasse; ils ont réduits le jour en ignorant la vérité du monde
où sans cesse l'on dresse des plans de guerre sur la même 
peau tannée, ce pays où les héros brandissent un sabre contre
le temps, si lent. ses pas court mesurés le conduisaient
dans les mêmes quartiers de la ville basse où l'attiraient le feu
d'une mansarde.
.../
i. le chemin clair qui remonte d'assinie

les uns
naissent
à l'aube
les autres
meurent

Parmi d'autres voyageurs sans adresse, le poète questionne la certitude,
l'aventure qui se présente à l'inconnu puis il reprend son chemin vers l'amante

je ressusciterai longtemps dans la nuit ô nuit
avant de renaître
dans un nouveau silence
pour supporter le temps
longtemps

m'amante boire ta bouche amant bouche

Et main dans la main, un aîné, un enfant, un frère dans une étreinte  éternelle

deux coeurs s'unissent
superbes
pour saluer l'horreur
entre rire et pleurer

se parlent sur le chemin d'un paysage si dégagé, que la parole
y prend espace. La parole nue, celle qui sur la page s'organise en silence
(équilibre des blancs et des textes) celle qui contre  le chaos du monde réel.


le pic
à cette heure resplendit
d'où vient cette lumière
qui n'est pas de nous


"Noël X. Ebony, pseudonyme de Noël Essy Kouamé, est né Tanokoffikro en Côte d'Ivoire vers 1950. Journaliste au quotidien Fraternité Matin, puis rédacteur en chef du mensuelAfrica International. L'Union Nationale des Journalistes de Côte d'Ivoire a choisi son nom pour le prix de journalisme le plus prestigieux du pays. Poète, romancier et conteur, il n'a publié qu'un recueil de son vivant référencé dans la plupart des anthologies de la littérature africaine. Critique à l'égard du régime du président Houphouët-Boigny, Noël  s'est exilé en 1984 à Dakar, où il est mort, dans un accident de voiture, en juillet 1986."
extrait quatrième de couverture


Entretien avec Jean Pierre Orban responsable de la collection " l'Afrique au coeur des lettres"

( message paru en 05 / 2011 réactualisé ce jour)


Noël X. Ebony, Déja vu, suivi de Chutes, Quelque part

3 commentaires:

  1. Merci de nous faire découvrir des auteurs , c'est un beau partage que sont ces lettres de noblesse que l'on appelle poésie ...
    Douce journée Brigitte ...
    Je t'embrasse .

    RépondreSupprimer
  2. Toujours un grand plaisir de parcourir vos pages et s'évader
    Ne suis pas assidue sur "google plus" et ne maitrise pas ce site de photos d'une grande banalité de commentaires et même d'images Je Ne peux je crois, me radier
    un grand merci pour vos fidèles appréciations , je retrouve ainsi les Amis
    Arlette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Arlette; oui vous pouvez vous radier à tout moment de google plus.
      Et je comprends. Les blogs sont de loin plus créatifs.
      Toujours Bienvenue ici !

      Supprimer