lundi 28 mars 2011

Le temps se lève

De tout je fais un endroit de mon coeur
De rien je fais ce pas vers le monde
Un pas solitaire
Pris sous la cendre
La poésie est à pied d'oeuvre sous les nuées
Elle garde l'espace en toute clarté
Un peu d'aurore boréale
À l'adresse du vent
Sur la main l'oiseau envolé
Sur la beauté regard permanent

©B Maillard
Clic sur les photos pour les agrandir

Extrait de La simple évidence de la beauté paru en juin 2011 éditions - Atlantica http://www.brigittemaillard.net/

mardi 15 mars 2011

Kobayashi Issa, Poème Japonais

Sendaï - source Les moutons enragés
Nous marchons en ce monde 
sur le toit de l'enfer 
en regardant les fleurs
Kobayashi Issa 1763-1827

mercredi 9 mars 2011

Lysiane Rakotoson, Une neige et des baisers exacts, poésie




J’ai entre les mains un livre fraîchement sorti tout de rosée vêtue.
Le matin a  remué d'un coup sa volière de
silence et de lumière(...)

Ta bouche tel un coquelicot flotte dans les
lueurs du matin – l’enfance n’est plus qu’un
petit fanion

qui tremble au coin des murs…
Lysiane Rakotoson à 23 ans est lauréate du Prix de Poésie de la Vocation 
de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet.
Une neige et des baisers exacts est son premier recueil édité par Cheyne

Sois une coureuse de lumière. Eprouve
ta chanson jusqu’au fond du ventre…

Lectrice je rêve
la Terre promise
De l’écorce au rocher…
Je sens
Nos ventres pris dans les mailles de la vallée,
La chaude haleine de l’herbe,
Conque d’hiver dans l’été…
Je vois
Matin bleu noué
au secret de sa couleur
hersé par le vent jusqu’au réveil
- cette patine rose qui s’active à heure fixe

Mon corps se glisse dans celui du poème.
Là est le feu de joie de la langue de l’auteur. 
Il y a ce qui est dit et ce qui se découvre, cette poignée de lumière dans tes yeux(…)

Brève suspens
Où nous ne sentons plus
Ce que nous pesons de terre…

Sensuel et vivant, telle est la grâce de ce recueil, poème de chair,
lieu d’échanges d’images entre la femme et le paysage.
Un frémissement de l'être.

Le froid dessine
chaque nerf
chaque veine
dessille les yeux
épaissit encore un peu le pourpre
des lèvres :
lucidité de la peau.

Les organes pelotonnés dans le ventre,
tout à coup vifs dans le vent –
J’ai les mains retroussées contre l’aine, le sang
Surchargé de marches sans ciels – la gorge
hérissé d’un mot d’amour


le site de Lysiane Rakotoson - Le Diffuseur Poétique

 
Brigitte Maillard

Retrouvez en podcast ( durée 45 minutes) notre entretien
avec Lysiane Rakotoson
réalisé à l'été 2011 sur les ondes d'Aligre fm
...................................................................................................