.

Monde en poésie ce monde en vie au-delà des apparences. Un monde sensible à la croisée des arts. Notre humanité, nos humanités & La poésie plus fondamentale qu'une forme littéraire. Un élément vital « Une substance de vie » (ainsi la nomme Edgar Morin). Quelque chose d'autre coule dans nos veines, quelque chose qui ne demande qu'à être vu pour se dévoiler. Se dire en mots et en silence. Entre les mots les visages surgit soudain l'essence que l'on nomme poésie.

Voici venu cet amour-là, ce temps de la fête, celui de l’horizon fabuleux que dévoile la poésie. C’est l’heure ou Celle qui vient à pas légers, Jacques Réda, nous surprendre dans notre sommeil, donne au réveil sa plus vive lumière. La poésie ne saisit pas le réel comme tout le monde ! Elle en révèle sa complexité et toute sa saveur. Si elle dit que la terre est bleue comme une orange, il faut la croire et l’écouter encore nous dire Tu as toutes les joies solaires/ Tout le soleil sur la terre/ Sur les chemins de ta beauté, Paul Eluard, L’amour la poésie. Au fond, la poésie est une parole de liberté. Une belle aventure nous attend :

Suivre maintenant la voix du poème

Allons ! Voyageur inconnu viens avec moi !

Plus jamais tu ne te lasseras de ton voyage.

Walt Whitman, Chanson de la piste ouverte, Feuilles d’herbes.



Brigitte Maillard
extrait de A l'éveil du jour pages 129 130 Monde en poésie éditions

jeudi 2 février 2012

Zilda, Amore & Psiche, Street art


ŽILDA "Amore & Psiche" from Žilda on Vimeo.

Suivre  toujours avec le même  étonnement le voyage napolitain de l'artiste ZILDA
sur les murs de la ville...
"Travaillés au pinceau, faits d’huile et d’acrylique, des personnages ailés, blessés,
des allégories sensuelles envahissent les murs et nos imaginaires, tout droit
débarqués de la galerie intime de l’artiste qui choisit, dans son projet napolitain,
de revisiter en particulier des peintures symbolistes et préraphaélites."
extrait du site de Zilda Fragiles Fabulae

.......................................

3 commentaires:

  1. OH!!!! comme c'est beau!! merci Brigitte pour cette découverte
    Cela me fait penser à Pignon Ernest Pignon qui par ses superbes dessins éphémères sortant de soupirail( à Rome je crois en Italie surement) l'espace d'une nuit et disparaissaient avec les intempéries

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Arlette!

      à tout hasard si vous êtes à Paris, j'ai vu hier qu'Ernest Pignon Ernest sera en conversation à la maison de la Poésie avec le peintre Henri Cueco, le samedi 18 février

      Supprimer
    2. Merci un grand dommage comme souvent d'ailleurs serai peut-être en mars mais pas sûr

      Supprimer