mercredi 7 mars 2012

L'atelier de la création, France culture, Les souffleurs commandos poétiques



Un jour je serai oiseau
et de mon néant,
Je puiserai mon existence.
Chaque fois que mes ailes se consument,
Je me rapproche de la vérité
et je renais des cendres.
Je suis le dialogue des rêveurs.

Mahmoud Darwich, extrait du poème Murale- Actes Sud, 2003, traduit de l’arabe par Elias Sanbar –
extrait cité dans sa version bilingue par un habitant d’Aubervilliers dans L’émission L’ATELIER DE LA CREATION par Irène Omélianenko ( le premier jeudi de chaque mois) – sur France Culture
Lien vers le site de l’émission- & Podcast du Mardi 6 mars 2012:
" L'insolente posture de la tendresse "

Entendre les chuchotements des souffleurs, se faire préciser ce qu’est un "commando poétique ", imaginer le déroulement d’un conseil municipal extraordinaire vécu en 10/2011 dans la  salle du conseil à Aubervilliers, sentir et vivre presque en direct l’irruption du poétique dans le politique, percevoir  résistances et illusions, donner à «  et si… »  toute la place de l’utopie, se questionner : Est-ce une performance artistique ou une autre façon de faire de la politique ? Ressentir enfin ce glissement d’un monde à l’autre"On n'arrête pas le mondemais on peut le faire glisser dans un moment poétique "(Olivier Comte, Conception Artistique)
L’aventure est passionnante et sa retranscription radiophonique, vraiment indispensable. Je n’avais  pu être présente à cet évènement et je me demandais ce qu’il avait pu en être. Là, j’ai pu saisir les différents enjeux. L’ordre du jour Shakespearien imaginé par les Souffleurs « Ils ont échoué parce qu’ils n’avaient pas commencé par le rêve », la collecte des rêves qui  a précédé cet évènement extraordinaire, toujours imaginé par les Souffleurs commandos poétiques - animé ici par Stéphane Hessel et en présence de certains élus et des habitants de la ville - donnent à cet instant une beauté particulière et bien étrange. Il y a là, un va et vient entre le politique et le poétique auquel nous ne sommes pas du tout habitués.
Un rêve collectif est-il toujours possible, un programme politique peut-il être poétique ? Les questions ainsi se soulèvent, prennent ce corps qui nous émeut, nous aide à percevoir ce "ferment magnifique" qu'est la poésie dont Elias Sanbar dans son échange ( avec Stéphane Hessel autour de leur dernier livre Le rescapé et l'exilé - Seuil), affirme "qu'elle est une forme supérieure du politique".
..............
" Allons chercher dans le regard poétique des gestes , des mots qui permettent aux êtres humains de rester des êtres humains " Olivier Comte,  extrait de cette émission

Pour découvrir LES SOUFFLEURS COMMANDOS POETIQUES
le blog LA FOLLE TENTATIVE D'AUBERVILLIERS

bm

L'atelier de la création, France culture, Les souffleurs commandos poétiques

3 commentaires:

  1. Comme tous ces mots sont merveilles Merci Brigitte du partage en liberté
    comme l'Oiseau des Origines
    Comme un Souffle du Renouveau
    L'Espoir en plus

    RépondreSupprimer
  2. Qui n'a pas songé à être oiseau pour planer au-delà de ses rêves
    Qui n'a pas songé à être oiseau pour voir notre univers d'en-haut
    Merci Brigitte pour ce coin de liberté absolue

    RépondreSupprimer
  3. Et vos mots prolongent cet article...ce sont les Souffleurs qui nous animent:)

    Merci de votre presence toujours si attentive Arlette et Caphadock

    Sur le site des Souffleurs commandos poetiques vous decouvrez aussi les programmations futures

    RépondreSupprimer