jeudi 1 mars 2012

Nouvelle enfance, P'tit Louis, Brigitte Maillard

vers une nouvelle enfance

 

Le poète naît de l’Enfance, Brigitte Maillard

Il y a de la poésie dans l'enfance comme il y a de l'enfance dans le poète.
Ce n'est pas tout à fait la même. L'une est de nature (l'enfant baigne dans la poésie, la poésie le contient), l'autre est "ce territoire" que le poète a investi en le réanimant à partir de sa propre enfance; sensations vécues et silencieuses d'unité d'un monde avec lequel, enfant, nous étions en contact dans une disponibilité totale.

 Ce territoire est ma nouvelle enfance. J’aime l’appeler ainsi. Celle que je ne cherche plus dans le passé, celle que je vis en poète guidée par le langage, « Au delà de l'enfance et à partir de l'adulte… une seconde enfance ».

Ainsi la nomme à la fois Jean Carteret dans Lorsque l'homme sera né, 1984 éditions l'Originel et François Cheng dans ce poème inédit 2011, commandé par le Printemps des Poètes, nommé "La seconde enfance"que vous pouvez découvrir sur le site du Printemps des poètes en cliquant sur ce lien.

J’ai tenté à mon tour de saisir les contours d’une nouvelle enfance, qui prend ici la forme d’une chanson



P’TIT LOUIS    



Il avait une histoire
Plus lourde que son cœur
Plus froide que l’aurore
Il était le vilain
Il était le malin
Il avait le diable au corps
Il n’était pas bien grand
Quand sa mère l’a laissé
Dans les courants d’air
Il n’était pas plus grand
Quand son père l’a poussé
Contre le mur de pierre

À l’école il alla
Parce qu’il le fallait bien
Mais il n’y comprit rien
Alors à 17 ans 
Il partit faire la guerre
Dans un pays lointain
À force de combats
Y revint la rage au ventre
Et s’ perdit dans la nuit
Il était presque mort
Pour tous ses amis quand
Un jour il entendit

Tu es celui que je cherchais
Viens dans mon cœur
Toucher tes rêves
Passé l’hiver de ta colère
Tu liras tes pas sur la neige

Il sortit de sa boîte
Plus vite que le diable
Comme un bon petit dieu
Il regarda le ciel
Il regarda la terre
Il se vit entre deux
Il sentit dans son corps
La vie lui revenir
A l’ivresse de vivre
Il se mit à chanter
A tourner à danser
Comme un bateau ivre

Tu es celui que je cherchais
Viens dans mon coeur toucher tes rêves
Passé l’hiver de ta colère
tu liras tes pas sur la neige

Il avait une histoire
Plus belle que l’aurore
Plus chaude que la vie
Il était simplement
Rien de moins rien de plus
Il était toute sa vie
Il était bien plus grand
Qu'il ne l’imaginait
Dans les courants d’air
Il était bien plus libre
Qu'il ne le rêvait
Contre le mur de pierre

Tu es celui que je cherchais
Viens dans mon coeur toucher tes rêves
Passé l’hiver de ta colère
Tu liras tes pas sur la neige

Brigitte Maillard Sacem, Mars 2004





"Des pas sur la neige… Mais où est l'absent qui laissa la trace de ces pas ? Il n'y a rien à conclure, et rien à attendre." Vladimir Jankélévitch

Nouvelle enfance, P'tit Louis, Brigitte Maillard



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire