mardi 3 décembre 2013

Fabienne Courtade, Dehors

L'herbe pousse par une fente


toutes mêlées d'air

je souffle

entre les doigts

visage de la blancheur
voix muettes
chuchotent

j'aperçois de légers mouvements
au même moment




aujourd'hui
je reviens sur mes pas

la lumière de le fenêtre est maintenant
à la verticale


gris noir
avec des variations

Cette fois une porte a claqué
Je suis devant cette porte et je ne sais où aller


(Extrait de Dehors)

Fabienne Courtade, 2011
source Le Printemps des Poètes, Thème Infinis paysages

bio/ Printemps des poètes



"(...) Ecrivant, je me sépare, je m'éloigne. Il y a toujours, pour moi, ce mouvement : une sortie hors de soi et hors du monde, une séparation. Je m'éloigne du monde mais aussi du corps, je me découpe comme je découpe mes phrases.
Dans ce mouvement de séparation et de rupture, il reste pourtant la présence de l'autre (...). Une rencontre à venir, quelqu'un à retrouver... C'est sûrement vital. Il me semble qu'il y a toujours la tentative de s'adresser  à l'autre (...) et de le faire ressurgir. Mais cela reste une tentative.
Le manque - de l'écriture et de la rencontre - est toujours là: " Il faut donc continuer ".
Comme l'écrivait Paul Celan : "Le poème devient un dialogue. Souvent c'est un dialogue désespéré."

Vous laissez place à la respiration et au silence, et vous utilisez souvent des parenthèses non refermées...

L'ouvert... je me donne une chance de sortir - je laisse le lecteur (et moi-même) lire la suite en silence- dans les blancs, et dans ce qui n'est pas écrit, puisque le texte est toujours à écrire, à continuer. On n'en finit jamais. Les mots prennent en charge la mémoire, celle des disparus, celle des morts comme celle des vivants, redonnant parfois une voix, un corps et une forme aux morts et aux choses tombés dans l'absence."
Fabienne Courtade lors d'une interview en 2002 au sujet de Ciel Inversé 2, Ed Cadex
source, Le Matricule des anges


Ecouter Fabienne Courtade sur France Culture émission de Sophie Nauleau
le 20 janvier 2013 -
Rencontre autour de son dernier livre Le même geste, éditions Flammarion, 2012

Message paru en juin 2012 réactualisé ce jour

 

Fabienne Courtade, Dehors

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire