lundi 15 octobre 2012

Song pour Edouard Glissant, Ernest Pépin

Poème inédit d'Ernest Pépin, création pour le Printemps des Poètes 2013
dont le thème est La voix des Poèmes
  
15 ème Printemps des Poètes du 9 au 24 mars 2013
Vous pouvez découvrir sur le site du Printemps des Poètes
au fil des semaines les poèmes inédits d'auteurs contemporains


Song pour Edouard Glissant

Nous qui avons l’haleine des grands malheurs
Nous qui sommes venus de si loin
Nous qui ouvrons les bras du monde
Nous sommes les étincelles du monde
En peau de lune
En peau de tambour
En fine poudre de pluie
Nous allons dans l’empreinte des songes
Nous qui avons traversé les gouffres mémorables
Nous qui sommes les pétales d’une fleur de mer
Nous dont le pas intime est une danse bleue
Nous sommes les étincelles du monde
En peau de lune
En peau de tambour
En tendresse de poussières
Nous allons dans la danse du Chaos
Nous qui portons la couronne des marées
Nous qui connaissons le secret des bains démarrés
Nous qui guettons l’écho des libertés
Nous sommes les étincelles du monde
Les bouts de terre
Les boutures
Les rhizomes
Nous sommes les gardiens des couleurs du monde
Et nous portons au doigt l’arc-en-ciel du Tout-Monde


Ernest Pépin

Ed du Printemps des Poètes 2013, La Voix des Poèmes 




 
Découvrir Edouard Glissant, La pensée archipélique

Song pour Edouard Glissant, Ernest Pépin


Brigitte Maillard

4 commentaires:

  1. Merci Brigitte pour ce blog sublime qui est le fruit de votre curiosité et de votre bon goût, quelle richesse que cette poésie francophone à la fois si proche de nous et si dépaysante, poursuivez longtemps cette oeuvre bienfaisante!

    RépondreSupprimer
  2. C'est moi Orfeenix! vous suivez cette approche depuis presque l'origine et
    ce monde je le partage avec vous. J'ai hésité à poursuivre ces derniers temps ce chemin de monde en poésie, ne sachant plus bien par où passer:)

    Je tente là de rester en contact avec la plus grande simplicité
    pour faciliter l'accès à cet espace qu'ouvre le monde en poésie.

    Je suis convaincue(parce que je le vis) que la poésie est un médium magnifique pour se maintenir en humanité; chacun a sa place dans ce monde en poésie, chacun peut le penser comme il veut. Moi je veille, pour moi même, à l'excès d'intellectualisation dont la poésie est "l'objet". J'essaye juste de me maintenir en profondeur.et de m'éveiller avec vous.

    RépondreSupprimer
  3. Formidable poême et merci de m'avoir donné l'occasion de visualiser l'émission où Christian BOBIN commente son livre L'Homme-Joie, moi qui en suis fan.

    RépondreSupprimer