mardi 12 mai 2015

Henri Michaux, Poteaux d'angle


Retour à l'effacement
à l'indétermination

Plus d'objectif
plus de désignation

Sans agir
sans choisir
revenir aux secondes
cascade sans bruit
îlots coulants
foule étroite
à part dans la foule des environnants

Habiter parmi les secondes, autre monde
si près de soi
du coeur
du souffle

Perpétuel incessant impermanent
train égal vers l'extinction

Passantes
régulièrement dépassées
régulièrement remplacées
passées sans retour
passant sans unir
sobres
pures
une à une descendant le fil de la vie
passant...

Henri Michaux Poteaux d'angle, Poésie/ Gallimard

sur France Culture un extrait de ce livre remarquable
Poème du jour avec la Comédie Française

Voir aussi l'article de Chloé Hunzinger sur la Revue des Ressources
& sur Monde en poésie Henri Michaux, Moments, A distance
( message paru en 2012 réactualisé ce jour)

13 commentaires:

  1. Difficile de mieux parler de l' impermanence de l' être, comme toujours, vos choix sont parfaits!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Orfeenix, euh parfaits:) j'essaye de suivre ma ligne
      et vous m'aidez par votre angle d'écoute...
      "(..) Dans une époque d'agités, garde ton " andante". En toi même redis-toi toujours: " Davantage, davantage d'andante" tâchant de t'amener où il faut que tu arrives (...)" extrait de Poteaux d'angles
      ça me va bien en ce moment!

      Supprimer
  2. Que ce sourire qui marque votre doux visage soit éternel, chère Brigitte!
    Je suis trés honnoré du salut que vous m'aviez porté!
    J'aurais voulu mieux découvrir votre blog Brigitte mais ces derniers mois m'ont été trés lourds à porter et l'inspiration battait de l'aile!
    Il n'y a Qu'Orfeenix comme un phénix qui m'a sussuré à l'oreille qu'il était temps de me lever et de "secouer" ma léthargie!
    Je vous embrasse toutes deux, mes cheres poètesses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très heureuse de te voir ici, tu partages avec cette chère Brigitte, la délicatesse et la compréhension.

      Supprimer
    2. Cher Bizak, Orfeenix avec son feu ne nous laissera jamais endormis!
      quant à l'éternité du sourire, je reçois votre jolie pensée,et je suis ravie de vous lire.
      éternité du sourire...je me dis que seul peut-être le poète connait la valeur des temps...alors, qui sait
      à notre éternité!

      Supprimer
  3. ...Il manquait surement à moi...un poteau d'angles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah Bizak!et puisque là nous sommes autour de Michaux

      " les arbres frissonnent plus finement, plus amplement, plus souplement, plus gracieusement, plus infiniment qu'homme ou femme sur cette terre et soulagent davantage" extrait de Poteaux d'angles page 57

      Supprimer
    2. Et moi je dis comme ce poète libanais(lire en arabe): Abssimi kal ouardati fi fadjri sabah!
      Traduction: Souris comme une fleur au lever du jour!
      Crois-tu (je te tutois si tu le permets, chère Brigitte)que ce n'est pas finement,amplement, souplement, gracieusement, infiniment plus beau que tous les discours du monde?

      Supprimer
  4. Oui c'est, Bizak et je te remercie!

    RépondreSupprimer
  5. Pour être honnête, ce n'est pas le style de poésie que je préfère, cependant, la lecture m'a captivée grâce a ces mots puissants et bien utilisés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. captivé c'est bien le mot Olivier
      quelque chose nous entraîne
      bien au delà (pour moi) de "la poésie"
      du style même...
      c'est le propre des paroles, comment dire
      véritablement ancrées, profondes, qui sont
      l'expression d'une pensée forte

      Supprimer
  6. Quand un mot , une phrase courte percutent la lecture , elle déclenche tout un réseaux de sensations et ce que l'on voulait exprimer se transforme en autre chose par la transformation qui s'opère dans la pensée
    Merci pour cette magie de la poésie qui se propage chez vous Chère Brigitte
    AA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... comme une"opération d'amour" pour reprendre le titre
      d'un recueil de Juan Gelman

      très beau week-end de l'ascension à vous chère Arlette

      Supprimer