dimanche 15 juin 2014

Introduction au large, Pierre Dhainaut, Poésie



Ces mots que tu empruntes
seulement pour ouvrir la voix,
restaurer l'inconnu

Parole, quoi qu'elle annonce
qui ne dit que son émergence.

Appuie-toi sur l'écoute,
rends intarissable
la source sonore.

Haleine transparente entre deux strophes
imprégnant les galets.

Que tout le langage frémisse,
il t'offrira les lèvres d'un enfant.

Autant de silence que d'air
pour ne rien étouffer du sens qui va venir.


Introduction au large, Pierre Dainaut, Arfuyen, 2001




(Message paru en 2012 et réactualisé ce jour)

4 commentaires:

  1. On a envie d' écouter les voix quand elles prononcent d' aussi denses paroles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà :)
      http://www.youtube.com/watch?v=pQQiSpkmi9w
      bonjour Orfeenix
      "(...) la vie qui se donne à la vie
      plus qu'un rivage au vent perpétuel"
      extrait de la lecture de Pierre Dhainaut (sur you tube)
      à la Maison de la poésie de Namur

      Supprimer
  2. Dieu, que les paroles prennent toutes leurs sens quand c'est la poèsie qui se déroule et s'étale! Car, sinon, comme l'a dit Saint Exupery:Silence qui te protège dans le déroulement de tes pensées et silence des pensées qui préparent leurs ailes...
    Bonne journée Brigitte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Bizak, émotion partagée à la lecture mais aussi à l'écoute de Pierre Dhainaut. une pensée silencieuse.
      merci pour Saint Exupery, c'est si beau

      Supprimer