lundi 27 février 2012

Enfances, Le Printemps des poètes

Le printemps des poètes nous  ouvre cette année, les portes de l’Enfances. De belles initiatives qui accompagnent ce renouveau toujours plus intense de la poésie.
Un programme complet est à découvrir sur le site du Printemps des poètes, des poèmes inédits créés à cette occasion par des auteurs  contemporains, de nombreuses manifestations à venir sur toute la France.

"L'intitulé du 14e Printemps des Poètes voudrait inviter à considérer quelle parole les poètes tiennent sur les commencements, apprentissage du monde entre blessures et émerveillements, appétit de vivre et affrontement à la « réalité rugueuse », comment leur écriture aussi garde mémoire du rapport premier, libre et créatif, à la langue. "
Jean Pierre Siméon, Directeur Artistique


printemps des poetes 2012 par TV5Monde

mercredi 15 février 2012

Antoinette Rouvroy, Quelque chose dans l'immobilité


Petits voyages saisissants

Il n’y avait rien à voir mais c’était déjà quelque chose "  Antoinette Rouvroy, extrait de la vidéo « La chose »
Dans ce monde où rien ne tremble où l’absence est  oubliée,  j’aime voir ces nouvelles vidéos d’Antoinette Rouvroy qui  de l’image fixe, la photographie, crée un espace plus animé. J’aime quand le monde est arrêté par la main de l’artiste, sur un de ses fragments. S’il est intensément capté,  il vaut toute notre attention. Comme le regard, lorsqu’il se pose sur un petit bout du décor, une goutte d’eau sur la feuille, un rouge de lèvre…et nous conduit loin de l’histoire de ce monde-là.  Un monde " à la présence extravagante" comme le dit fortement Baudrillard. Un monde qui sait tout, tant il est habité par le visuel et la raison.

Dans la mise en scène de ces petits espaces  animés de 30 secondes à 2 minutes l’ambiance est étrange, frémissante, sans joie ni tristesse, avec juste la présence de l’absence. Il semble que ce soit toujours elle qui nous guette… Mais qu’est ce qui n’est pas là ? J’ai l’impression que quelque chose affleure, alors. Comme un autre espace-temps,  un peu de repos  et de silence. C’est cela que j’aime dans ce regard d’Antoinette,  là où elle nous accompagne toujours, dans le toucher de l’immatériel.

Minimal delight voit l’ombre longer les murs, Suspension transatlantique  dit la chair des nuages Fragments échappés d’un plan fixe  pose l’énigme et suggère le silence intérieur de la vie et son refrain La chose est la main qui s’agite dans l’absence Mondanités pose en nous la présence de l’animal. Je tente là quelques mots mais je sais aussi qu’il n’y a pas de description possible…

Vous pouvez retrouver les photos et  toutes ces vidéos sur you tube et/ou directement sur le site d’Antoinette Rouvroy, Photos et tremblements

Sur Monde en poésie  vous pouvez écouter l’émission réalisée en juillet 2010 Sur Aligre fm

Brigitte Maillard


Où va la mer ?










je me visite dans la nuit
je me regarde et je me dis
où va la mer quand elle s'enfonce dans le sable?







Photo Luc Noël - Texte Brigitte Maillard
Tous droits réservés
Luc Noël  un artiste à découvrir
son site

mardi 14 février 2012

Richard Texier, Sculptures, Editions du Patrimoine


Un  ouvrage de grande qualité, Richard Texier Sculptures édité par les Editions du Patrimoine. Une oeuvre d’art, tant sa réalisation est soignée. On y découvre les sculptures du créateur Richard Texier et  les textes de deux auteurs : Les veines du dragon par Zeno Bianu, poète,  auteur de nombreux recueils de poésie et  Fragments pour aborder l’œuvre de  Richard Texier Pascal Bonafoux, Commissaire d’exposition et professeur à l’université Paris-VIII. Deux approches, deux sensibilités  qui nous conduisent au vrai du travail de Richard Texier.

L’artiste est heureux . Un livre le rassemble. Lui qui aime célébrer la vie au travers de ses œuvres est célébré aujourd’hui par cet ouvrage magnifique. Lui qui voyage de la peinture à la sculpture, de l’orient à l’occident, de la matière à l’esprit. Lui qui découvre le feu à l’âge de 11 ans  au regard de la toile,  Jour de lenteur – Yves Tanguy -1937, est avec nous aujourd’hui dans son atelier où ses œuvres s’exposent; un bel espace pris lui aussi dans son cercle de feu, tant la magie semble l’habiter, le mystère s’y faire présence. Viennent y surgir des animaux ailés, « troués d'espace » - Zéno Bianu -, comme cet ours rouge que l’on retrouvera pendant quelques mois sur une tour de La Rochelle. Angel Bear est son nom. Il est " un manifeste, un message, un totem " dit Richard Texier. Que la folie des hommes ait pu atteindre cet ours blanc là-bas sur la banquise, le bouleverse. Et c’est  alors un cri d’alarme . Pour dire son désir du monde, Richard Texier crée sans arrêt images et formes. Il vit "dans la chaleur mentale de la conception". Engagé sur une voie d’ouverture, il nous raconte La belle histoire. Celle qui vit au fond de nous, celle qui fait descendre le ciel sur la terre,  nous fait signe d’ailleurs, d’une terre-mère inconnue. Celle- là même qui nous dit au fond, en un seul regard, qu’on peut être transfiguré par la matière. Cet homme est ému par notre monde.  Mu hors de lui-même. C’est le coeur de sa création.

Remerciements à Zéno bianu dont le travail de poète nous a conduit sur les traces de Richard Texier

Brigitte Maillard

Richard Texier, Sculptures, Editions du Patrimoine


lundi 13 février 2012

Fabienne Marsaudon, La dame à la rose, Rilke


""La Dame à la Rose" extraite de l'album "Les Chants de l'Aube" dédié au poète Rainer Maria Rilke. Cette chanson a été composée à partir d'une lettre "anonyme" publiée par Edmond Jaloux dans une biographie de Rilke. Elle était signée "une femme", probablement amie du poète voulant garder l'anonymat mais souhaitant livrer un souvenir inoubliable d'une anecdote vécue à ses côtés." extrait de la présentation
de cet Album Les chants de L'Aube, dédié au poète Rilke, de  Fabienne Marsaudon.
"Un album sensible et profond où s'enchaînent
poésies mises en musiques
et chansons originales
sur la vie d'un poète d'exception"
Vous pouvez bien sûr le découvrir sur le site de Fabienne Marsaudon

vendredi 10 février 2012

Eros Emerveillé, Zéno Bianu, Anthologie de la poésie érotique française


« Du vertige libertin qui envahit la poésie française aux XVIe siècle jusqu’aux blasons amoureux des surréalistes, de l’érotisme le plus feutré à la pornographie la plus exacerbée, on trouvera ici, en trois cent cinquante poèmes, une anthologie de la volupté sous toutes ses facettes. Un florilège du chavirement, explorant le territoire amoureux dans sa dimension toujours renouvelée. De Ronsard à Rimbaud, de Verlaine à Genet, de Louise Labé à Joyce Mansour, de Sade à Bataille, de Jouve à Calaferte, de Pierre Louÿs à Franck Venaille, de Michel Leiris à Bernard Noël, quelque deux cents poètes, dont un grand nombre de modernes et de contemporains, disent ici l’incroyable besoin d’impudeur qui parfois les saisit. Ils disent les jeux de la langue et du sexe, avec toutes leurs saveurs, du sucré au salé, de l’implicite à l’explicite. Cette anthologie, qui rassemble ce que la poésie française a produit de plus érotique en cinq siècles, entraîne le lecteur à célébrer Eros en tous ses fastes, lumineux, sombres ou hilarants – Eros émerveillé. » Extrait préface de Zéno Bianu
Il y sera question de culs, « cul vaillant et rempli de prouesse » Eustorg de Beaulieu, « du mot et de la chose » Gabriel-Charles de Lattaignant, du désir, de ce monde-là où «  tout fait l’amour » Germain Nouveau, où "champ de jouissance et jardin d’extase" Marie Nizet, viennent nous caresser à l’heure d’une «goutte d’homme/ un rien de femme/ achèvent la beauté du bouquet d’os/ c’est l’heure de l’aubade/ dans la fourrure du feu «  Jean Arp
Si votre pulsion de vie est endormie, là est le réveil prédit. Zeno Bianu  dans son édition, a choisi 200 poètes pour nous conter en langue crue, jolie et profonde… émois, fantasmes et vérités…tout cela est bien vivant qui fait de nous des êtres enlacés et lumineux, aimants de la fusion, de leurs corps étonnés. « Une longue vibration amoureuse » -Zéno Bianu - parcourt cette belle anthologie
« Tu me demandes
de penser ton corps
avec mes mains
tu as raison
le toucher est la vraie pensée
de l’homme »
LuisMizon, extrait page 533, Eros émerveillé, Poésie/Gallimard

« Arbre de chair
savant de volupté
il s’étire
vers la cime
et l’abîme
Coupe l’infini
en deux « 
AbdeellatifLaâbi, extrait page 527, Eros émerveillé, Poésie/Gallimard
«  soif, j’ai soif de tes odeurs, de ta sueur.
ton eau dieuse en gémissements retourne
mon visage dans l’oreiller.je t’étreins.
rite brutal, tu me cherches peau.
des deux bras repliés, ma pulpe titube,
délicat sous la courbe de tes reins.
sucer ton bruit en fond de gorge longue »
AnnelyseSimao, extrait page 579, Eros émerveillé, Poésie/Gallimard

...........................................

mercredi 8 février 2012

Rabindranath Tagore, La dernière moisson

La dernière moisson - exposition au Petit Palais jusqu'au 11 mars 2012 -
dessins de Rabindranath Tagore ( 1861 - 1941 )


C’est formidable d’approcher ces 85 dessins lumineux choisis parmi les 2500 réalisés par Tagore dès l’âge de 67 ans. Une peinture instinctive et tendre, fortement colorée, d’où surgissent paysages et visages, êtres hybrides, lignes et arabesques … Tagore en poète dessinait sur ses manuscrits. 
Sa peinture vient de là, de ses " ratures " qui le " dérangeaient " et qu’ils travaillaient comme des enluminures .« J’essaie de faire danser mes ratures… de transformer l’amas confus en ornement. Ceci a été mon apprentissage inconscient du dessin »
Alors  se crée sa " dernière moisson ", ce sont parfois de drôles d’oiseaux, pénétrés de l’énergie du vivant. Des visages mystérieux et des regards. Ce regard. Qui est la poésie même du monde. Tagore, c’est la conviction que la sagesse vient du cœur. "Ma religion est une religion de poète. Tout ce que je ressens vient de ma vision et non de mon savoir".


sans titre - collection Rabindra Bhavana
  sans titre - collection Rabindra Bhavana      


émission France Culture, Une vie une oeuvre, le 11 février 2012
voir aussi Rabindranath Tagore, Poète
............................................

jeudi 2 février 2012

Zilda, Amore & Psiche, Street art


ŽILDA "Amore & Psiche" from Žilda on Vimeo.

Suivre  toujours avec le même  étonnement le voyage napolitain de l'artiste ZILDA
sur les murs de la ville...
"Travaillés au pinceau, faits d’huile et d’acrylique, des personnages ailés, blessés,
des allégories sensuelles envahissent les murs et nos imaginaires, tout droit
débarqués de la galerie intime de l’artiste qui choisit, dans son projet napolitain,
de revisiter en particulier des peintures symbolistes et préraphaélites."
extrait du site de Zilda Fragiles Fabulae

.......................................