samedi 30 juin 2012

Le jongleur de rêves, Ratp concours 2012

La poésie sort toujours heureusement des livres, elle y rencontre l'inconnu dans des lieux inhabituels.
La  Ratp depuis 1992 l'inscrit dans le métro parisien. Cette année le concours de poésie suivi par plus de 4000 participants a élu " Le jongleur de rêves", de Sam Mouchvoz, Grand prix du concours 2012, dont le jury était présidé par David Foenkinos.
Les huit lauréats de ce concours à découvrir lien ci-dessous
http://www.ratp.fr/fr/ratp/r_62402/concours-poesie/
verront ainsi leur poème fleurir rames et stations pendant tout le mois de juillet

Le jongleur de rêves


Il tenait ce don de son père
Qui le tenait aussi du sien
Il jonglait avec les chimères
D’autres sont bien dresseurs de chiens
Il les expulsait dans l’espace
Une à une en prenant son temps
C’est affaire de passe-passe
Tout est affaire de talent
Il gardait les plus belles pour
Le plaisir de ses lendemains
Les conservait pour ses vieux jours
Et pour ne pas perdre la main.

Sam MOUCHVOZ
93 ans, Alpes-Maritimes



Sam Mouchvoz Le jongleur de rêves, concours Ratp 2012

dimanche 24 juin 2012

Edgar Morin, Démocratiser la poésie

"(...) D'où l'importance capitale de la culture esthétique qui nourrit ce qui est pour moi la poésie de la vie. La prose, c'est-à-dire l'inévitable et l'obligatoire, sans joie, est ce qui peut nous faire survivre et nous empêche de vivre vraiment. Vivre vraiment, c'est vivre poétiquement c'est-à-dire dans l'épanouissement de soi, la communauté, l'amour, la participation à autrui et au monde.
Le monde est merveilleux et horrible. L'esthétique nous aide à nous émerveiller et nous permet de regarder l'horreur. Ainsi le second mouvement du Quintette de Schubert exprime la pire douleur de l'âme, et pourtant il nous donne le bonheur de sa musique qui traduit cette douleur sans l'anesthésier.
L'esthétique des oeuvres nous permet de développer une esthétique de vie quotidienne. "La nature imite ce que l'oeuvre d'art lui propose", a-t-on dit. Elle nous favorise l'émerveillement devant la mer, la montagne, les grands arbres, un papillon qui volette, un enfant qui gambade, un chien fou d'amour qui bondit vers son maître, un beau visage...
Voila donc tout ce qui devrait animer une politique de la culture : une politique de l'esthétique qui contribuerait à démocratiser la poésie de vivre, à ce que chacun puisse vivre de belles émotions et découvre ses propres vérités."

mercredi 6 juin 2012

Symphonie du printemps, Yannis Ritsos

Les éditions Bruno Doucey viennent de publier Symphonie du Printemps (mise en musique par Mikis Theodorakis en 1966) du poète grec Yannis Ritsos 1909-1990
Ce texte écrit en 1937-1938 est inédit en france. Il est présenté ici en version bilingue
dans la traduction d'Anne Personnaz. Cette oeuvre majeure, inspirée par le premier amour du poète, est né dans une période douloureuse de l'histoire.
Ce chant si pur est bouleversant. Il est heureux pour nous qu'il ait pu être ainsi édité.



" (...) Ma bien-aimée
Je n'ai que d'un court instant
la vie et l'envolée.

Tu ne vois pas
sur ma peau
le premier éclat éblouissant?

Tu n'entends pas
dans mes fibres
des myriades d'ailes de petites alouettes
que vient d'effleurer
le premier rayon
de l'aube?

Comme je suis jeune.
Comme je suis jeune
sous tes paupières (...)"

extrait page 39 et 41

" (...) Accomplis
désintéressés
sans avoir réclamé
et sans avoir attendu
nous abordons aux profondeurs
du monde.

Dans les veines translucides
des fleurs
nous entendons
la rose pulsation de la durée
qui s'apparente à notre sang.

Nous entendons le coeur des insectes
et des feuilles
palpiter auprès de notre coeur.

Toutes choses vinrent
qui confièrent leur secret
à nos mains.

Comment supporterons-nous
sur nos épaules embrassées
toute la création? (...)"

Extrait page 103, Symphonie du printemps, Editions Bruno Doucey
mars 2012, 14,50 euros

pour aller plus loin article, LA PIERRE ET LE SEL, actualité et histoire de la poésie
LES EDITIONS BRUNO DOUCEY
Rencontre avec Bruno Doucey sur FRANCE CULTURE
Symphonie du printemps, Yannis Ritsos