mercredi 6 février 2013

Mokhtar El Amraoui, Arpèges sur les ailes de mes ans

 Retours


Sans verdict ni appel,
Perché au coin,
Le pigeon tremble.
Son duvet noyé de lumière
Reçoit le vent.
L’eau du mur suinte.
Il y a la mousse et ma barbe
Mais je n’ai pas entendu de roucoulement,
Comme si la lune s’effritait en grenade,
Sur la page refermée du ciel.

Des chameaux incendiés
Servaient de torches vives
Aux passeurs acérés.

Les volutes me prennent vers la nuance.
Tes cils supposent encore l’éclair.

A l’enfant qui agonise,
Dire l’étoile éclose
Où des sentes d’herbes fébriles
Tracent un itinéraire d’énigmes
Que les saxifrages gardent.

Les mouettes des désarrois,
Drossées par tant d’effluves,
Dessinent, lisses,
Comme des presqu’îles,
Les arabesques de l’absent.

Se grime alors, de feu,
Le phalène absorbé.

Qu’est-ce qu’aimer
Sinon naître à ceux qu’on aime ?

Les rues vacillent, du poids de leurs ombres.
Les larmes perlent, sur les réverbères
Ou n’est-ce que baves d’escargots ?

L’horizon, entre mes doigts, se faufile
Comme les exhalaisons d’une quenouille rebelle.







© Mokhtar El Amraoui in "Arpèges sur les ailes de mes ans"



Mokhtar El Amraoui écrivain passionné de poésie est né en 1955 à Mateur dans le gouvernerat de Bizerte en Tunisie. Il y enseigne le français depuis 31ans et a publié son premier recueil de poésie en 2010  "Arpèges sur les ailes de mes ans". Recueil que l'auteur a choisi tout récemment de diffuser sur son blog Poèmes de Mokhtar El Amraoui et autres voyages. Un blog étonnant qui nous offre le meilleur de sa poésie, entre poèmes inédits et autres rencontres. Inspirée, traversée par de multiples échos, cette invitation ô combien musicale nous transporte sur un "vaisseau poétique" étrange et flamboyant.
 

 Brigitte Maillard



Mokhtar El Amraoui, Arpèges sur les ailes de mes ans

15 commentaires:

  1. Oh! Très chère Brigitte! Quel merveilleux cadeau tu me fais là! Merci pour cette main tendue pour lutter tous ensemble contre la marginalisation de la poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'un pays à l'autre Cher Mokhtar, une poésie sans frontières, "main tendue" pour la paix.

      Supprimer
    2. Poésie sans frontières pour la paix! Tes mots sont sublimes, chère Brigitte!

      Supprimer
    3. C'est ici avec vous qu'ils prennent vie!

      Supprimer
  2. Merci Brigitte, j' ai aussi parlé de lui à mes élèves, je vais leur faire lire quelques textes comme je leur en ai déjà lu des tiens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi Orfeenix qui te remercie, cela me touche particulièrement!

      Supprimer
    2. Chère Orfeenix, merci d'édifier ces merveilleux ponts entre les poètes de différents pays et de lutter aussi efficacement contre les préjugés, surtout avec les jeunes apprenants. J'en ferai,de même,avec les miens, en leur faisant découvrir vos beaux poèmes, Brigitte et toi.

      Supprimer
    3. merveilleux, Orfeenix et Mokhtar c'est ainsi que démarra "poésie sans frontières pour la paix"!

      Supprimer
  3. Des mots frissonnants comme une douleur diffuse et espérante
    Merci Brigitte de nous faire découvrir ces poètes
    J'apprécie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime aussi chère Arlette votre regard de " douleur diffuse et espérante"

      Supprimer
  4. j'en suis heureuse Arlette et nous allons ensemble de découvertes et découvertes, merci aussi pour toutes ces rencontres http://arletteart.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  5. "Naître à ceux qu'on aime". Vivons donc chaque jour comme le premier. Merci Brigitte. Mokhtar est un poète de coeur, de l'âme et de la beauté. Longues et belles routes à ses textes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un désir partagé Astrid pour Mokhtar qui concentre en lui une telle énergie qu'il se fait passeur vers la beauté, comme tu la nommes ici.
      Merci à toi Astrid

      Supprimer
  6. Belle voie que la tienne , chère Astrid . Comme nous nous complétons dans nos rêves. Toute naissance ne peut être justifiée que par/pour cette mission d'amour!

    RépondreSupprimer
  7. Nous formons, nous tous, toi, Astrid, Orfeenix et tous nos autres ami(e)s et celles et ceux qui les rejoindront un immense choeur en forme de grand coeur qui, j'en suis sûr, à force de ténacité aimante, de don et de partage ne fera que s'élargir afin de briser les frontières des égoïsmes, des haines et des incompréhensions. Oui, chère poétesse, soyons passeurs vers l'Amour et la Beauté!

    RépondreSupprimer