lundi 24 juin 2013

Le Jardin et la poésie

Ouvrir ce détour par Le Jardin avec François Cheng écrivain poète et calligraphe, membre
de l'Académie Française avec ce poème extrait du recueil, Le livre du Vide médian, Albin Michel
 - Le vide médian est selon le Tao,ce troisième souffle qui élève le yin et yang vers une transformation créatrice.
Cet espace vivifiant créé par le souffle nous ouvre la voie du dépassement -

Voici le nouveau jardin
Si tu es en larmes encore
           à toi il s'offre

Si tu ouvres les yeux
          voici les iris
Si tu tends la main
          voici les pivoines
Si tu répands ta chevelure
Voici, de senteur en senteur
Tous les sentiers de la fragrance
             menant vers les herbes infinies
vers la fontaine
            jaillie du tombeau

Si tu as soif encore
A toi il s'offre
           le jardin nouveau

Suivre maintenant la voix  très émouvante de Gérard Manset dans Un jardin que je sais, extrait de son Cd Manitoba ne répond plus


Voir une fleur dans Le jardin de l'amie "Rose ô contradiction pure"  Rainer Maria Rilke

© Fabienne Wind

Lire sur Médiapart les billets Lectures sous l'arbre qui  nous accompagnent "Sous l'arbre de Cheyne" au XXII Lectures sous l'arbre, en ardèche du 18 au 25 août.
"Il est des lieux dont la puissance mérite un chant, à la fois célébration et appel du maquisard. Ce sont des lieux qui remettent l’être humain à sa juste place. L’atelier de Cheyne au Chambon-sur-Lignon, le beau territoire des Lectures, est de ceux-là.
Sous l’arbre, on chante et on résiste. On y partage le pain et la poésie.
Le festival bruisse et crie sur le frais plateau Vivarais-Lignon. Voici pour une semaine, mille trajectoires d’êtres, de corps, de mots et de souffles. La poésie circule comme un courant électrique entre nous, bénévoles, lecteurs, auteurs…" Lysiane Rakotoson, extrait Médiapart, Sous l'arbre de Cheyne

                                                                                                                                     à suivre
©Brigitte Maillard

Le Jardin et la poésie

2 commentaires:

  1. À lire au jardin
    viens donne-moi la main
    je te conduirais
    là où les roses sourient.

    RépondreSupprimer


  2. Quelques pas dans ce jardin avec vous Jeandler, avec ce sourire
    et je vous en remercie

    RépondreSupprimer