mardi 22 octobre 2013

Guy Allix, Quelque part entre silence et fureur

Guy Allix, poésie

(article paru en 2010 et réactualisé ce jour)


En cours de promenade sur le site de Roger Dautais - Le chemin des grands jardins - je découvre l’écriture du poète Guy Allix . Roger Dautais accompagne toujours ses récits de Landartiste de poèmes d’auteurs contemporains .

C’est Quelque part entre silence et fureur aux éditions de L’Inventaire - Centre régional des Lettres de Basse-Normandie - que je choisis de lire. Une première édition est parue dans le recueil Le Déraciné aux éditions Rougerie 1997.
Et là je sens une écriture au bord de la falaise. Âpre, exigeante, comptant ses mots. 
Le poète est dans "le feu d’une raison sauvageDans l’aveu farouche d’être vrai "
Il vous accueille près de la mort qui frôle. Un langage serré qui libère l’espace .
C’est d’entre les lignes qu’il surgit comme une « Eau sourde » et



« Toujours à l’instant de ne plus dire
Tu remontes le pas du rêve
Vers une autre mémoire

Tu te précipites à mots perdus dans l’épreuve de vivre »

**

Dépôt

"  la vie s’expose ailleurs
Antre de peau outre de sang
Où se couche l’ombre fatiguée de ta voix

Equille sur l’œil dans l’écart essentiel "



Ce recueil qui ne cherche, ni le chant ni la musique, révèle ce bord de précipice qui nous habite. Seul face au vide. Face au mot lui-même, comme un dernier rempart.

Guy Allix a écrit de nombreux ouvrages dont  Oser l’amour, et le dernier Survivre et mourir
aux éditions Rougerie en 2011

à découvrir sur son site  très richement détaillé entre bio, actualités, critiques et amitiés.






Je n’étais vrai que sur le bord
Toujours à deux doigt de vivre
Et de crier

Je partirai
Avec ton regard dans les yeux

Osant dire ton nom à jamais
A la face du monde

Osant dire l’amour qui brûle les mots

extrait de Oser l’Amour - L'atelier de Groutel - 2009




Retrouvez  Guy Allix  - les 26 et 27 octobre au  23 ème Festival du Livre en Bretagne à Carhaix qui sera cette année sous le signe de « L’europe » -
Une rencontre/dédicace aura lieu sur le stand de la revue Spered Gouez aux côtés de Marie-Josée Christien [poète et fondatrice de la revue] avec qui s'est écrit un recueil à deux voix, Correspondances, paru  en 2011 aux Editions Sauvages

Le site de Guy Allix

Spered Gouez / L'esprit sauvage


et voilà, l'écriture de Guy Allix je l'emporte avec moi, quelque part 
" à l 'instant de ne plus dire"


Brigitte Maillard

Guy Allix, Quelque part entre silence et fureur, poésie




6 commentaires:

  1. merci pour cette découverte pour moi et la beauté de ces mots sertis dans le cœur de l'essentiel du jus fondamentale

    j'avais un ami poète talentueux édité en plus , son cynisme à tuer notre lien , et je suis ravie de t'avoir rencontrer à des encablures de conscience plus grande que moi dans ce domaine , nous avons besoin d'éclaireur
    merci d'exister pour nous
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Frankie.J'en suis touchée. Que dire... Vous êtes là, à l'écoute de ce travail, et tant mieux si cela éclaire un peu la marche. Je suis certaine que sur votre rive vous éclairez aussi le chemin :)

      Supprimer
    2. Je t' embrasse aussi Frankie

      Supprimer
  2. Merci à toi Brigitte pour ce bel article sur mon modeste travail. Cela me touche beaucoup. Vraiment. J'espère te rencontre prochainement. A Carhaix peut-être ??? Pour Frankie Pain merci aussi pour vos mots dont je ne sais s'ils sont adressés à Brigitte ou à moi. Eh oui il y a des soi-disant poètes qui sont cyniques. Mais pour moi ils ne sauraient être de vrais poètes. Ce sont des imposteurs et c'est tout. J'ai toujours considéré depuis un premier article que j'avais publié en 1976 dans la revue "Présence et regards" que le poésie était indissociable de certaines valeurs et de ce que j'oserais appeler un art de vivre ; en somme un profond respect de l'autre. J'ai toujours considéré que la poésie était indissociable d'un miracle d'humilité très loin de ces égos surdimensionnés, de ces monstres d'égoïsme qui osent se déclarer poètes. "Les grands poètes sont comme des fleuves silencieux" (Jacques Bertin) Guy Allix

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Guy grand merci pour ton message ici cela me fait aussi très plaisir.
      A Carhaix, non pas encore cette année, dommage! Mais très bientôt je l'espère.
      Tu cites Jacques Bertin dont tu parles si bien sur ton blog.J'invite d'ailleurs les passants d'ici à le découvrir, coups de coeur et amitiés! http://guyallixpoesie.canalblog.com/
      A très bientôt Guy

      Supprimer
    2. merci de vos mots. il pouvait aussi s'adresser à l'auteur même beau dimanche

      Supprimer