vendredi 9 janvier 2015

Nazim Hikmet, Il neige dans la nuit

message paru en octobre 2013 réactualisé ce jour 

( pour respirer la liberté )

( en écho avec l'édito du jour de Laurent Joffrin http://www.liberation.fr/…/la-liberte-notre-boussole_1176564 -  " La liberté est comme l’air. On la respire sans y penser. Mais si elle vient à manquer, chacun étouffe et se débat aussitôt pour la retrouver".)  







Dimanche



Aujourd’hui c’est dimanche.
Pour la première fois aujourd’hui
ils m’ont laissé sortir au soleil,
et moi,
pour la première fois de ma vie,
m’étonnant qu’il soit si loin de moi
                                  qu’il soit si bleu
                                          qu’il soit si vaste
j’ai regardé le ciel sans bouger.
Puis je me suis assis à même la terre, avec respect,
je me suis adossé au mur blanc.
En cet instant, pas question de gamberger.
En cet instant, ni combat, ni liberté, ni femme.
La terre, le soleil et moi.
Je suis heureux.


1938
extrait Il neige dans la nuit et autres poèmes, Poésie/Gallimard




Voilà





Je suis dans la clarté qui s’avance
Mes mains sont toutes pleines de désir, le monde est beau.

Mes yeux ne se lassent pas de regarder les arbres,
les arbres si pleins d’espoir, les arbres si verts

Un sentier ensoleillé s’en va à travers les mûriers.
Je suis à la fenêtre de l’infirmerie.

Je ne sens pas l’odeur des médicaments.
les œillets ont dû fleurir quelque part.

Et voilà mon amour et, voilà, être captif, là n’est pas la question,
la question est de ne pas se rendre


1948
Extrait Il neige dans la nuit et autres poèmes, Poésie/Gallimard





La ville le soir et toi



Vous êtes toutes nues dans mes bras
          la ville la nuit et toi
votre clarté illumine mon visage
         et puis le parfum de vos cheveux
A qui ce cœur qui bat
au-dessus du murmure de nos souffles palpitants
           est-ce ta voix, celle de la ville, celle de la nuit
           ou bien la mienne ?
Où finit la nuit, où commence la ville
Où finit la ville, ou commences-tu toi
                  Où est ma fin, où est mon commencement ?


1959

Extrait Il neige dans la nuit et autres poèmes, Poésie/Gallimard



Nazim Hikmet 1902-1963, poète turc

Lire aussi :Une légende de la littérature turque présentation Charlotte Kan, 
Le monde diplomatique 20o2
Wikipédia

Ecouter une excellente émission sur Fip, Fip livre ses musiques du 13 juin 2013
sur "Il neige dans la nuit "  de Nazim Hikmet
[Une émission musicale originale où Fip illustre d'une savante ambiance musicale un ouvrage, 
vous invitant à la découverte d'une œuvre ]

 Nazim Hikmet, Il neige dans la nuit

9 commentaires:

  1. Ce poète m'a toujours inspiré pour mon équilibre mental! Hikmet qui a dit un jour: "Ce n 'est rien d'être vaincu, le tout c'est de ne pas se rendre!" Merci Brigitte de rendre hommage à ce fascinant homme qui parle de soleil, lui dont les cachots de la Turquie lui étaient tellement familiers!

    RépondreSupprimer
  2. Comme je comprends Bizak! J'aime le partager. Il est riche de sa vie, de ses combats. Ses poèmes même si je ne peux les lire dans sa langue, sont le récit d'une vie vraie. C'est banal de dire cela
    mais il y a parfois tant de poèmes qui ne viennent de nul part...Je te souhaite de beaux jours Bizak à Setif
    et merci de ton passage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous recommande de lire ses poèmes avec les autres poètes publiés dans la revue Altermed.
      http://www.editionsnonlieu.fr/-Altermed,29-

      Supprimer
  3. merci Brigitte je ne connaissais pas ce poete et je partage votre conversation
    merci bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Frankie j'aime beaucoup ce mot de "conversation" :) belle journée Frankie

      Supprimer
  4. Très beaux poèmes de la résistance, j' ai été profondément émue de réentendre un de vos textes dit de votre voix sur l' autre site, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Orfeenix oui "de la résistance" c'est le mot...alors et seulement s'il "résiste"
      le poète aide à vivre comme l'exprime justement Bizak.

      Votre émotion je la partage Orfeenix, merci


      Supprimer
  5. Les mots sont du miel si doux qui coule en image avec tant de force et d'espoir
    Un beau moment de paix
    Merci Brigitte pour ces passages en découvertes enrichissantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est vrai Arlette, et d'un blog à l'autre, "au gré des jours" je note nos correspondances :)
      Découvrir...merci à vous surtout

      Supprimer