mercredi 6 mai 2015

Naître avec le monde, Henri Maldiney, Shitao, Nathalie Sarraute

Bambous. collections publiques des Musées de Chine


Parfois au réveil dans la clarté indécise d'un pan d'espace, 
où disparaissent tous les signes de reconnaissance,
je ne perçois ni des choses ni des images.
Je ne suis pas le sujet d'impressions pures,
ni le spectateur indifférent d'objets qui me font face.
Je suis co-naissant avec le monde qui se lève en lui-même
et se fait jour à mon propre jour, lequel ne se lève qu'avec lui

Henri Maldiney " l'avènement de l'oeuvre" 
source Cinq méditations sur la beauté, François Cheng




C'est en fonction de cette mesure du Ciel que l'âme du paysage peut varier; 
c'est en fonction de cette mesure de la Terre que peut s'exprimer le souffle
organique du paysage. Je détiens l'Unique Trait de Pinceau,et c'est pourquoi 
je puis embrasser la forme et l'esprit du paysage. Il y a cinquante ans, il n' y 
avait pas encore eu co-naissance de mon Moi avec les Monts et les Fleuves, 
non pas qu'ils eussent été valeur négligeable, mais je les laissais seulement
exister par eux-mêmes. Mais maintenant les monts et les fleuves me chargent
de parler pour eux; ils sont nés en moi et moi en eux. J'ai cherché sans trêve 
des cimes extraordinaires, j'en ai fait des croquis; Monts et Fleuves se sont 
rencontrés avec mon esprit, et leur empreinte s'y est métamorphosée, en 
sorte que finalement ils se ramènent à moi.

Les propos sur la peinture du Moine Citrouille-Amère
Traité du peintre Shitao, Pierre Ryckmans, Plon



Je regardais les espaliers en fleurs le long du petit mur de briques roses, les arbres fleuris,
la pelouse d’un vert étincelant jonchée de pâquerettes, de pétales blancs et roses, le ciel, 
bien sûr, était bleu, et l’air semblait vibrer légèrement… et à ce moment-là, c’est venu…
quelque chose d’unique… qui ne reviendra plus jamais de cette façon, une sensation 
d’une telle violence qu’encore maintenant, après tant de temps écoulé, quand, amoindrie,
en partie effacée elle me revient, j’éprouve… mais quoi ? Quel mot peut s’en saisir ?
Pas le mot à tout dire : « bonheur », qui se présente le premier, non, pas lui… 
« félicité », « exaltation », sont trop laids, qu’ils n’y touchent pas… et « extase »… 
comme devant ce mot ce qui est là se rétracte… « Joie », oui, peut-être… 
ce petit mot modeste, tout simple, peut effleurer sans grand danger… mais il n’est pas
capable de recueillir ce qui m’emplit, me déborde, s’épand, va se perdre, se fondre dans
les briques roses, les espaliers en fleurs, la pelouse, les pétales roses et blancs, l’air qui vibre
parcouru de tremblements à peine perceptibles, d’ondes… des ondes de vie,
de vie tout court,quel autre mot ?… de vie à l’état pur, aucune menace sur elle, 
aucun mélange, elle atteint tout à coup l’intensité la plus grande qu’elle puisse jamais atteindre… 
jamais plus cette sorte d’intensité-là, pour rien, parce que c’est là, 
parce que je suis dans cela, dans le petit mur rose, les fleurs des espaliers, des arbres, 
la pelouse, l’air qui vibre… 
Je suis en eux sans rien de plus, rien qui ne soit à eux, rien à moi.

Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983.

( message paru en décembre 2013 réactualisé ce jour)
Brigitte Maillard

Naître avec le monde, Henri Maldiney, Shitao, Nathalie Sarraute


2 commentaires:

  1. toujours un désir que de se perdre ici au pays du délices des mots . Beau printemps Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Frankie plaisir de vous croiser ici, pensées vers vous

      Supprimer