dimanche 23 mars 2014

Pour danser un rêve, Eve Lerner, édition Sac à mots

Clic pour agrandir




Parler d’amour

car le bord de l’océan
manque de paroles vives
lancées à son large

Pour dire la vague
la lumière des iles à venir
lui hurler

du haut des voiles
qu’elle ramène en marée
des rêves de plénitude

qu’elle garde en ses abimes
les décombres d’un monde
fou de ruine et de sang

que le clapot tiède d’un été
frôle ma chair
pour danser un rêve

extrait page 9




Je n’aurais jamais cru
que l’on puisse à ce point
jouir d’une intimité
à perdre ses frontières

Le toucher si velours
l’aiguillon du désir si calme
la fontaine d’un plaisir
sans heure

ouvrent une étendue
de temps et d’espace
à l’amble facile de nos corps
car ici et maintenant

sont devenus un ailleurs

extrait page 23




(…)

On obtient tout par la douceur
                         plus de barrières
une fois encore je viens de naitre
         vivante tremblante féconde

je retrouve la paix d’une mare de forêt
le calme d’une berge, la beauté d’une anse
le bercement des branches, je retrouve
le chatoiement du monde
(…)

extrait pages 44 et 45



Pour danser un rêve, Eve Lerner Sac à mots éditions, juin 2013
52 pages, 12 euros


Eve Lerner  les Rendez-vous de Max sur Monde en poésie

Dans cette vidéo, Eve Lerner présente son dernier livre
L'âme chevillée au corps, Editions Dialogues
sélectionné au Prix des lecteurs du Télégramme 2014


« Ce roman langagier familial, hommage de l’auteur à sa mère, linguiste instinctive, se lit comme une archive encore vivante de la vie à l’usine et dans les familles ouvrières du XXe siècle. Une vie faite de travail abrutissant, mais aussi d’invention, de panache et de style.
La langue des pauvres était une langue riche. »



Pour danser un rêve, Eve Lerner, édition Sac à mots, L'âme chevillée au corps

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire