dimanche 14 décembre 2014

Le silence des pierres, Matthieu Baumier



Homme de profondeur et d’action, Matthieu Baumier nous entraine par la voie du silence à l’épicentre du poème. Puissance d’une écriture dont l’espace est l’infini, et dont l’œil, unique, regarde.  Présence et secret. Nait alors un vaisseau épointé - ce poème: Le silence des pierres.Un voyage au coeur du réel: "car l'heure est à la perception de l'apparence faussée du "monde". 
Intense recueil.





Faire face au plus profond de l’être




Il n’y a jamais eu aucun homme
Seulement le souhait crié
Du profond des forêts
Et le regard évasé, ouvert en triangle
Depuis la lumière de l’âme

Il n’est aucun Je serai
Quand il n’y a pas de monde
Seulement le poème irradiant
Et la force posée

Il n’est aucun J’étais
Aucune terre aucune nature
Seulement des vagues de beauté
Et l’œuf de la sagesse
Dont je suis l’instant égaré






                        L’heure est celle de tous les silences

De l’irruption poétique
Des pierres embrasées
Des architectes éveillés

Et aux yeux qui observent sans fin
Nous disons :
Regarde encore, regarde
Et vois, vois combien les paysages enfin
S’évanouissent
Donnent congés aux sans chemins
Et en appellent aux être témoins

A l’instant de tous les silences, à l’instant de la poésie
Il n’est plus aucun mouvement
Dans l’humus tout s’étreint et renait
Et nous parlons ici de l’entier du monde





( …) Debout les amis, debout le Temple
Et le corps de l’homme




pages 63, 64, 62, 66  Le silence des pierres Matthieu Baumier
préface Françoise Bonardel






Matthieu Baumier vient avec Gwen Garnier-Duguy – après la création de la revue en ligne Recours au poème- de fonder la maison d’édition numérique Recours au Poème
Retrouvez Matthieu Baumier pour l'émission Un livre, un jour  29 janvier 2015
" La poésie en numérique, recours au poème éditeurs "





Notes de lecture en ligne sur Le silence des pierres
Revue les Hommes sans épaules


Brigitte Maillard 


Le silence des pierres, Matthieu Baumier

4 commentaires:

  1. En lisant ces quelques lignes je pensais à la musique qui entraîne la même réflexion ce qui est un paradoxe avec..."Le silence des pierres"
    Belle semaine à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Arlette de votre passage, vous pensez à la musique du silence?
      Voilà un recueil d'une très grande profondeur qui donne une place essentielle au Poème
      Je n'ai jamais lu un tel "Recours au poème",(nom donné par Matthieu Baumier et Gwen Garnier-Duguy
      à cette revue en ligne et maison d'éditions.) C'est vraiment à découvrir Arlette.
      Edito recours au poème: http://www.recoursaupoemeediteurs.com/

      Supprimer
  2. Merci Brigitte pour ce poète que je découvre, un délicat phrasé emplit d'intériorité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce recueil très inspiré est une rencontre que j'ai envie de partager avec vous et merci à toi Serge.
      (toujours difficile de choisir ainsi des extraits quand un recueil a une telle unité)

      Supprimer