mardi 20 janvier 2015

Heather Dohollau, poésie, Pages Aquarellées



Je cherchais le réel
Hors la fuite des heures
Les lieux du mirage
Mais ce fut le cercle
Instable du présent
Qui livrait le monde
Ce fruit de l'air


 




Quelle maison est la mienne?
Une qui m'attend derrière le mur du jour
Ou loin en arrière au coeur d'une rue
dans une ville autre et la même
Ou celle dont chaque instant est le seuil
Ces fleurs là-bas sur une table
Dans un bruissement de porte








 
Fuchsia qui crie par sa gorge pourpre
Que la mort n'est plus
Que rumeur de vagues
Sur les grèves tranquilles
De cette île suspendue
Ou musique de mouettes qui frôlent
L'écume de nos jours
Pour porter plus haut
Dans une lumière sans faille
La rosée d'un rire qui brille
Dans le matin du monde








Heather Dohollau Pages Aquarellées 
éditions Folle Avoine, 1989

Remue.net Heather Dohollau, La beauté est un bien 
par Ronald Klapka
Poezibao 
Terres de Femmes 
Wikipédia 




 

Heather Dohollau, poésie, Pages Aquarellées

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire