mercredi 4 février 2015

Derrière le dos de Dieu, Lorand Gaspar






La pudeur de la peau dans les herbes
clignotements de mots dedans et dehors
de mots qui sont nerfs, qui sont chair criée
désir sans bornes de creuser encore,
de traverser à nouveau déserts et ciels
pour une eau de présence, une source
plus claire en nous pour aimer_

la peur, la joie d'aller à découvert-




Je suis lumière et nuit
je vois toujours et encore
que je suis lumière et nuit
les deux me disent
l’absence totale
de toute certitude
dans ma pensée
je n’ai que cette ouverture
intime, ressentie au soir
de ma vie finie, d’être une goutte
de clarté dans l’espace et le temps infinis
née de la rencontre des sens d’un corps
de milliards de neurones
de soleils et de vents inconnus




Présent à la vie multiple de mon corps
sensations, mouvements, muscles et pensées
bruits, langages, musiques et douleur
toucher la brise, un rayon de lumière
je nourris le regard du cerveau pour lequel
jamais, jamais rien n'est habituel
vision d'emblée engouffrée dans l'ouvert





 Déshabiller les mots
dans une lumière
qui se démontre elle-même et la nuit
me déshabiller d'arguments
habillage et babillage,
vêtements inutiles
( mais j'ai besoin du silence
qu'ils font pour entendre ma pensée-)
j'apprends à n'être
qu'un peu d'air qui passe
dans une forêt de couteaux

déshabiller les mots
la nudité du
je veux ceci je ne veux pas cela
les arguments sont des vêtements inutiles
habillage et babillage


Derrière le dos de dieu Lorand Gaspar



Lorand Gaspar Derrière le dos de Dieu 
pages  41, 96, 99,108




Esprits Nomades, Lorand Gaspar,
L’homme au visage de mots, le poète solidaire
Remue.net  entretien avec Roland Margantin
Poezibao anthologie permanente
La vie Littéraire Lorand Gaspar, Derrière le dos de Dieu
par Matthieu Gostzola
Wikipédia

Entretien du jour au lendemain 1993 - Alain Vienstein
reçoit Lorand Gaspar -



message paru en 2012 et réactualisé ce jour 

Derrière le dos de Dieu, Lorand Gaspar  poésie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire