lundi 13 avril 2015

Alain Suied, Sur le seuil invisible



Dans la vie

                     à la mémoire de Rainer Rochlitz

 Tous les vivants ne te sont-ils pas apparentés ?
La parque, Elle-même, pour son service ne te nourrit-elle pas ?
Va, avance désarmé de par la vie
et oublie le souci! [...]
... à l'esprit toute justice sera rendue...
Hölderlin, " Courage de poète", 1re version

Va, mon Génie, avance
Nu dans la vie et oublie le souci!
Hölderlin - 2è version ( " Timidité")


 

Dans la vie, dans le mystère limpide
tu peux avancer

et même au pays des ombres

tu peux avancer
ou retrouver la mélodie
brisée
            du vivant.

Cela parle au fond de toi
comme une source, cela chante.

Il faut écouter.

Il ne faut pas forcer l'écoute
Cela écoute aussi.

Le poème du vivant.

Eclat de lumière.
Souffle de voix.
Il vibre au diapason de l'univers.

                                                                 


Alain Suied, Sur le seuil invisible, Arfuyen,  

pages 56 et 57


Les éditions Arfuyen
le site Esprits nomades 
Wikipédia 


Alain Suied, Sur le seuil invisible, poésie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire