samedi 23 mai 2015

Carol Shapiro, de l'art à l'autre

Carol Shapiro cartes marines équations
peinture sur bois 2010 Carol Shapiro équations cartes marines photos alchimages et objets trouvés source



Ici sur Monde en poésie rendre hommage à Carol Shapiro avec qui j’étais en lien au travers de son site et association Caravancafé… de l’art à l’autre ; nos chemins se sont croisés sur internet, lieu de tous les possibles. Les mots de  Carol « rencontres circulations, tissages, transmissions, résonances entre deux regards, registres, perceptions, l’Autre… »

Croiser/changer/multiplier/traverser
les regards pour participer à la création
d'autres transmissions et passages transversaux
entre les disciplines et les cultures

Inlassablement Carol journaliste puis peintre écoute le monde, et l’autre dans le monde, faisant de ses liens une œuvre d’art. Sur son site, fruit de son association Caravancafé, on retrouve avec émotion la force de ses échanges & de ses créations.


Caravancafé lieu de rencontre entre art et transdisciplinarité est soutenu par Basarab Nicolescu, Physicien théoricien, Président du Centre International de Recherches et Etudes Transdisciplinaires-CIRETdont Carol était membre.


« La découverte de la vision transdisciplinaire m’a permis de rencontrer un espace que j’habitais sans le savoir, un entre-deux où la contradiction se dissout pour donner lieu, peu à peu, à de nouvelles questions, pour réconcilier les cultures qui finalement parlent chacune autrement — regards/archipels — de la tentative d’éclairer de nouveaux passages. Tenter d’appliquer cette éthique au quotidien. D’interpréter à l’infini pour traverser. »


« Équations, cartes marines, photos «alchimages» et objets trouvés
Après les cartes marines (toujours utilisées), mes derniers travaux, composés à partir de brouillons d’équations manuscrites et divers documents, se sont constitués dans la convergence de deux tendances: besoin d’inscrire l’autre dans mon travail et ouverture vers la science, particulièrement la physique quantique, avec l’univers fabuleux qu’elle révèle; d’autres sources pour parler dans les ‘ruelles quantiques du monde’. Le langage mathématique que je ne connais pas, et qui devient la matière signifiante d’autres interrogations tracées sur la toile ou le bois.
Puis peindre, se suspendre dans le vide, laisser aller le plus sensible et immédiat.
Ces travaux avec ces équations déchirées, collées, peintes, me permettent à la fois cette incarnation dans l’humain, la rencontre … Le don. Je tiens donc à préciser que ces équations m’ont été envoyées par des chercheurs qui ont soutenu une démarche encore invisible et m’ont adressé superbement leurs archives pour cette tentative.
(Merci à Olivier Ramare, Vincent Tejedor, Cyril Cubric et Amélie Viennois - Jean-Pierre Joly pour les cartes marines)
on ne regarde que de là
là où notre présence reflète les prismes
évidemment
quand l'invisible nous reconnaît »





« Dans la Vallée de l’Etonnement, du poète soufi Attar
 « … il fait noir et jour à la fois, il fait chaud 
et froid à la fois, on voit et on ne voit pas, on est, on n'est pas à la fois. 
Les choses existent, les choses n'existent pas »
La peinture nous offre un espace, sans garde-fous, vertigineux.
 Il suffit peut-être de laisser aller la parole et ses résurgences, 
de ne pas se prendre au sérieux, car après tout, ses turbulences se manifestent en passant, 
dans le grand jeu fluctuant de l’impermanence, dans l’infini des interprétations ?

« Les oies sauvages ne cherchent pas à se mirer, l’eau ne cherche pas à refléter leur image » koan zen



Merci Carol.




Brigitte Maillard


Carol Shapiro, de l'art à l'autre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire