jeudi 10 mars 2016

François Cheng, D'infinis paysages







D'infinis paysages


 
Oui, voici la colline et la vallée,
Voici le lac et le reflet des nuages.
La lumière les dévoile aube et soir ;
Et le printemps revient à tire-d’aile !
Terre habitable, humain séjour provisoire :
Il n’est vrai paysage que de nos mémoires…
Ô pays ! ô âge ! Transplantés ici,
Nos désirs et paroles nous unissent
A tous les lointains, au grand iambe
Du prime matin du monde. Ecoutons donc
Le chant des âmes errantes, de leurs élans
Inachevés, chant fondu dans les sources
Et la brise, chant nôtre ! L’infini n’est autre
Que nos énigmatiques échanges, sans cesse
Renouvelés, avec l’immémoriale promesse.

 
Nos lieux, nos instants, à jamais uniques. 





François Cheng 2011
inédit source - Printemps des poètes


François Cheng, D'infinis paysages, poèmes, poésie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire