lundi 26 septembre 2016

François Cheng, Le livre du vide médian




Ici
Nous avons posé l’obscur
Nous avons posé l’éclat


Pour qu’un jour se souvienne


Ici
Nous avons tracé le trait
Nous avons laissé vacant


Pour qu’enfin advienne


François Cheng, Le livre du vide médian, Albin Michel
page 39



 Le trait Photo Brigitte Maillard

François Cheng , poème

2 commentaires:

  1. Merci pour ce beau texte. Je venais justement de re-sortir ce livre de ma bibliothèque pour le savourer à nouveau ! Je découvre tout récemment votre blog avec beaucoup de plaisir.
    Sylvie

    RépondreSupprimer