dimanche 6 novembre 2016

Gilles Baudry, Elaïg Poésie


La librairie Quand les livres s’ouvrent  de Lorient a organisé, le 11 mars 2016, une rencontre avec Gilles Baudry. Cette rencontre enregistrée est maintenant disponible en cd grâce à l’Association Elaïg, Emergences littéraire et artistique. Une association d’auteurs de Bretagne (Pays du Roi Morvan) créée par Anne-Yvonne Pasquier.

Ecouter Gilles Baudry, poète et moine à l’Abbayede Landevennec, est  un grand réconfort tant sa foi en la poésie, la parole, l’écriture est sincère.

La simplicité n’est pas la facilité et on n’est jamais à la hauteur d’une page blanche. J’essaie d’aller vers une sobriété lumineuse, une épure comme celle qu’offrent les églises romanes 

La poésie comme état d'attention, une écoute, n'est-ce pas le nom de l'amour ?

Avec Gilles Baudry les mots donnent toute leur présence, La poésie ouvre l'horizon.
Elle est chez Gilles Baudry un  lyrisme d'intériorité, musicale avant toute chose, fervente.

Ici le poète plaide la nécessite de lire le poème à haute voix, les mots (couchés sur le papier) sont des gisants. Lus à haute voix, ils se lèvent et ressuscitent.  Le poème comme une partition en attente de la voix vive

Une conversation qui se prolonge, tel qu'il le souhaite, bien au-delà de cette écoute.

Pour commander le Cd, suivre ce lien vers Elaig   

Site Elaig, émergences littéraire et artistique

Gilles Baudry sur Monde en poésie 




Sans autre signe, sans nul autre prologue
que la nuit, sertir l'espoir
du monde dans l'amande du poème.
Mais en cet enclos si précaire,
qui saurait lire en filigrane l'éternel ?
Quelle lumière filtre et graine
sans l'inflexion d'une voix si ténue ?
Langes ou linceul, naissance ou deuil,
comment traduire ce que les mots recèlent ?
Il a neigé tant de silence
sur la page, que ce qui fut jadis écrit
porte le sceau des sans-visage.

Gilles Baudry, Il a neigé tant de silence, Rougerie éditions



Brigitte Maillard

Gilles Baudry, Elaïg Poésie


Gilles Baudry, Elaïg Poésie

2 commentaires:

  1. Grâce à cet article j'ai pu écouter "cette parole ourlée d'ombre qui lie l'invisible au visible" dans le creuset d'une voix. Quelle aventure magistrale qui nous porte au seuil de notre demeure..en ce murmure, "quand la neige fond, où va la blanc" (shakespeare)

    Merci infiniment à tous ceux qui ont rendu possible la magie de l'instant.

    Lise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Lise, heureuse de ce partage.

      Supprimer