mardi 8 août 2017

Emilienne Kerhoas, Saint-Cadou


J’étais le coquillage
où grandissait la mer





(…)
je choisis d’être
à la confluence des visages
levés vers la clarté
au point où s’enfle
le fleuve de lumière
où la douceur humaine
sevrée de la douleur
palpite comme un pouls

ô confluence heureuse
de la sève et du songe
où la brume s’emperle
des roses de l’été
où les tiges vivantes
emprisonnent un visage
dans la douceur des blés
où les fruits sur la table
ont le goût de ma vie
casanière et errante
aux liserés du ciel


Confluence extrait page 50







la mer houleuse des pins
a bercé ma détresse
ô mon pays sauvage et solitaire
note oubliée par le chant des collines pures

pays sauvage
fruit âpre
au gout de solitude et de vent
adossée à la montagne
gardienne de mon troupeau
je vis
prisonnière de la ronde enfantine
qui conjugue gaiement le présent

nos mains caressent
la bête douce de  l’horizon
au pelage d’eau et de soleil
le ciel se déroule
sous nos doigts légers

la mer de collines déferle
notre tendresse au creux de la vague
palpite
comme une étoile

plus tard lorsque vous serez grands
enfants
nous irons regarder derrière la colline

Saint-Cadou Page 17

 Emilienne Kerhoas, Saint-Cadou




Emilienne Kerhoas SAINT-CADOU La Sirène étoilée 2014
Préface Marc Le Gros. 

Ce livret de 50 pages, premier livre de poèmes de l’auteur,  est une deuxième édition
 - revue par l’auteur et l’éditeur –
Il fut publié la première fois en 1957.

Marc le Gros, dans sa préface, éclaire avec justesse la poésie et le parcours de la poétesse aujourd’hui âgée de 92 ans. Emilienne Kerhoas poursuit son travail d’écriture.
LUEURS AIGUËS ET NŒUDS un ensemble de notes poétiques récentes  de 48 pages vient de paraître chez le même éditeur. Extrait sur le site La Sirène étoilée


 

Emilienne Kerhoas est née en 1925 à Landerneau.



Article paru dans le Télégramme en 2005 "Emilienne Kerhoas respire la poésie"




Ce recueil est consultable dans son intégralité sur le site Calaméo
précise l'éditeur et poète Gilles Plazy sur son site

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire