Articles

Faire vivre la poésie, Jean-Luc Pouliquen

Image
Ce livre de Jean-Luc Pouliquen vient de paraître - distribution Amazon. Jean-Luc Pouliquen donne un nouvel éclairage à cette question "Comment faire vivre la poésie ? Comment lui assurer une présence ?"
FAIRE VIVRE LA POÉSIE Distribution AMAZON  88 pages 5,06 €
Le regard aiguisé de l’auteur, grand connaisseur de la poésie, nous entraîne dans une réflexion ouverte sur le rôle du poète aujourd’hui dans une société qui n’en fait pas grand cas. Le passé de l’auteur, son vécu intense dans ce milieu, ses rencontres au fil des ans donnent à cet essai une couleur franche et passionnante.
Viennent le rejoindre dans sa réflexion les auteurs Monique Marta, Michel Bernier,Brigitte MaillardRoselyne Camelioavec qui Jean-Luc Pouliquen entretient ces dialogues évoquant les rencontres passées, les actions poétiques en cours, ces « mains ouvertes à la poésie. »
Sa conversation avec Beth Gersh - Nesic, historienne et critique d'art, a déjà fait l’objet d’un livre paru en 2018 – Conversation …

Enfin le royaume, François Cheng

Image
Tu ouvres les volets, toute la nuit vient à toi, Ses laves, ses geysers, et se mêlant à eux, Le tout de toi-même, tes chagrins, tes émois, Que fait résonner une très ancienne berceuse.



Un jour si je me perds en toi, me rappelleras-tu mon nom ? Un jour en toi si tu me retrouves me révéleras-tu ton nom ?




à Etienne
Sois prêt à accueillir tout instant qui advient : sente gorgée de soleil, grisée de lune, clairière.



Cherche l’éclair, celui qui frappe d’un coup de foudre, Ou qui ébranle jusqu’aux entrailles ? d’une simple caresse


Vent debout, nous formons la grande houle ; En nous les brûlantes saisons s’écoulent Nous serons tout bruit au passage des cigognes ; Qu’un loriot chante, et nous serons tout ouïe



Enfin le royaume, Edition revue et augmentée quatrains François Cheng Gallimard 2019
- Forme brève mais moins abrupte que le haïku, le quatrain ne s'en tient pas au lapidaire, il sait donner du rythme à la pensée, à l'émotion, à la surprise, il sait initier un questionnement, amorcer une méditation, es…

TU FU dieux et diables pleurent

Image
Passant devant l’embarcadère
de la montagne sacrée du sud maintenant       on approche la Hsiang coule vers l’est et disparait        dans le lointain le vent est faible, on tire sur le rames        en cannelier journée de printemps, les nuages s’amoncellent je tourne la tête, on passe devant l’embarcadère au-delà il y a une forêt d’érables denses des poissons blancs, piégés, sont prisonniers        dans les filets les loriots chantent de belles mélodies parmi les être humbles, les uns sont libres         les autres captifs l’homme de vertu en éprouve de la compassion la jarre n’est pas terminée, il y reste un peu de vin sur mes genoux, mon ch’in est silencieux le saint et le sage vivent tous deux        dans la solitude regarder au loin suffit à m’ouvrir le cœur

Dans la jonque
en plein courant d’air nous prenons notre repas         sous les saules du fleuve sous la pluie nous passons la nuit à côté d’un relais, amarrés en compagnie des pêcheurs qui réparent         leurs filets la mât de la jonque s’éloigne su…

Lord Crozon, naissance d'un violon, Quatuor à l'Ouest, Aïcha Dupoy de Guitard

Image
Dans le cadre de la cinquième édition du Festival Quatuor à l'Ouest du 29 mai au 2 juin - Découvrir la programmation- quatre luthiers ont relevé un incroyable défi : construire en quatre jours un magnifique violon copie de Lord Wilton (le violon de Yehudi Menuhin), baptisé le Lord Crozon Aïcha Dupoy de Guitard les a accompagnés. Elle expose ses photographies «Naissance d'un violon» à Landevennec et à Crozon. - Voir lieux sur l'affiche -

«J'ai souhaité mettre en avant l'atmosphère intimiste du travail des luthiers, en mêlant la beauté du geste et le précision de leur savoir-faire. Les lumières et les matières ont été mon fil conducteur, dans la poésie du contre-jour. Je ne suis pas musicienne, mais j'ai éprouvé une grande émotion lorsque le violon prenait forme, petit à petit... Un émerveillement à chaque mouvement.» Lord Crozon, naissance d'un violon, Quatuor à l'Ouest, Aîcha Dupoy de GuitardLa poésie étant partout autour de nous, Aïcha Dupoy de Guitard aime…

Jean-Pierre Boulic, Laisser entrer en présence

Image
Parfums de l’air Odeur des champs L’aube demeure Sur l’étang et la roselière
Vers l’églantier La rosée cristallise Les chèvrefeuilles Sans rien dire un oiseau s’échappe
Entre en présence De ce silence Où palpite la source De l’inépuisable printemps
Le ciel façonne Sa bienveillance La création veille Et tes yeux s’ouvrent au secret
Page 93 Et pour l’heure
Tu lèves les yeux
Tu regardes les prairies
Où la terre exulte
De ses talus de jonquilles
Des ciels de lumière
Tu lèves les yeux
Vers un pays irrigué
Qui descend vers le ponant
Jusqu’à l’océan
Vêtu d’un souffle de vent

Gilles Baudry

Image
Les yeux fermés, parle de l’intérieur.

Trouve des mots Qui soient des portes derrière lesquelles

on écoute la mer raconter une histoire,

de ces portes qu’on pousse au-dedans de soi. À l’indicible source

puise des mots infusés de printemps

dédiés à ce qu’il y a de plus frais en chacun.

AMIR OR, Entre ici et là, Po&Psy

Image
Visage
Une brise fraîche caresse doucement ma peau. La subtile lumière de l’aube posée sur les feuilles. Un monde lentement déploie ses membres. Partout mon visage se dévoile à nouveau
Poèmes du matin (extrait)

5 Qui étais-tu avant de revêtir ce corps ? Tout est posé, même le nombril, juste au milieu.
Une (extrait)
Sur mon lit, cette nuit, l’odeur de ton corps ne s’endort pas
Travelogue (extrait)
1 Devant toi, le dieu qui s’invente lui-même, je déroule ma prière : sois !
4 Le clapotis de l’eau nourrit mon cœur les rameaux du ficus rendent mes yeux plus verts. Le matin vient, que dit mon âme ? Artiste de l’ Être, fais de moi une musique. Sans ton esprit qui touche mon esprit sans ton regard qui voit à travers mes yeux, je suis un tronçon d’arbre, sans ressenti ni conscience, et mon existence ne souhaite que remède. Viens peindre mon monde à présent laisse-moi l’aimer sans peur, croire en mon cœur que ce n’est pas vain que j’ai envoyé mes mots pour te toucher. Comme une plume aimée prends-moi dans ta main et écris en m…