Articles

Gilles Baudry, À la lumière du silence

Image
Chers lecteurs,J’ai eu l’immense joie de pouvoir réaliser la semaine passée l’interview de Gilles Baudry, moine poète à l’Abbaye Saint-Guénolé de Landévennec. Homme silencieux, Gilles Baudry, sous le grand cèdre du Liban, nous parle du poème, de la parole et du silence. Cette rencontre, ici au Pays de la mer, est accueillie par « Les escales de Jeanne orient » Un grand merci ! Étaient présents sous le grand cèdre, AïchaDupoy de Guitard, photographe, dont les photos accompagnent la vidéo. Guillaume Prié pour les images et le son. Je n’oublie pas les oiseaux, le vent ce jour-là, et les passants, visiteurs de ce lieu exceptionnel qu’est l’Abbaye.Gilles Baudry est là avec nous dans toute la simplicité de son être.Brigitte MaillardLisière     intangible  frontièrelieu où l’espace touche au tempsici    rien ne peut être la patrieseul l’invisible  nous ouvre les yeuxsous la corolle de la lampe qui fléchitsur sa tige et les sépias des ombres j’écrisl’envers du monde je le vois    j’entendsdes…

Serge Venturini, Du fleuve débordant Du fleuve sans retour

Image
On n’aborde pas la poésie de Serge Venturini sans crainte, tant "le personnage" revêt une couleur libertaire. J’ai rencontré Serge Venturini sur le réseau twitter. Les lectures de Gilles-Claude Thériaultsur you tube m’ont fait découvrir ses écritures - Gilles-Claude Thériault offre sur sa chaine you tube les lectures de poètes aimés -les articles de Gil Pressnitzersur Esprit nomades ont accompagné ma découverte.
« Serge Venturini est un poète aux aguets. Aux aguets du feu qui couve au loin, aux aguets du feu qui brûle en lui. « Nuage rouge », comme on le surnomme, Serge Venturini n’est pas un brasier de colère, mais un éveilleur de lucide conscience. Ses traductions d‘Alexandre Blok, d’Anna Akhmatova, de Sayat-Nova et d’autres, ses hommages à Missak Manouchian, renseignent sur son empathie pour « la poétique de résistance », vers ceux qui se tiennent debout à l’orée des mots. Mots d’éclairs destinés à consumer tous les hommes de paille squattant l’humanité. »������������������…

"Il y a un chemin", poème

Image
Voici le résultat d'une alerte Google que j'ai posée durant 4 mois, à partir du titre de mon nouveau livre " Il y a un chemin" paru aux éditions librairie Galerie Racine, 2019
Et voici ce que le langage courant nous dit, sans y rien changer et dans l'ordre d'apparition. Il y a des phrases que vous reconnaîtrez… Et vous votre chemin ?

Il y a un chemin aujourd’hui qu’on ne propose pas Il y a un chemin bas qui traverse des bois ou choisissez la montée raide du chemin du sommet. Il y a un chemin qui est arraché sur 50 pieds de long, 15 pieds de profond Il y a un chemin qui mène aux hommes et à Dieu Il y a un chemin que la constitution impose Il y a un chemin de randonnée de plus de 8 kms
«Je suis un rêveur et je crois qu'il y a un chemin écrit pour chacun et il faut y croire» '"Paulo Coelho Il y a un chemin pour aller au bord de l'eau, bien tracé, tout correctement pour nous guider jusqu'au sable Il y a un chemin pour entrer et un pour sortir afin d’évi…

Aimantation de la voie, JM de Crozals & Sylvie Fabre G.

Image
« Il tombe vers le haut monte vers le fond »
«  Faire dire à la lumière ce qu’elle ne peut dire Plus que jamais »

" Tu cherches l'extension - du paysage de la saison et de l'âme "

Ce recueil dit par excellence, ce qui demeure. « là ou le poème repose comme sur un lac de montagne ». Immergé dans l’espace, animé par l’esprit de la poésie chinoise, il attise l’âme et donne envie de partager avec leurs auteurs ces moments de contemplation révélés par l’écriture. Un temps d’éveil se fait jour. Il est la quête d’ « un seuil éclairé ». Un recueil assoiffé de profondeur, dans la chaleur du simple.


Sont présents, dans ce recueil, les auteurs Jean-Marie de Crozals et Sylvie Fabre G., en voix alterné. Claude Margat, à qui ce livre est dédié – Deux reproductions de son œuvre y sont insérées – Rimbaud, Wang-Wei cités, et François Cheng, dont la citation ouvre le dialogue entre les deux auteurs dans la troisième partie du recueil «  Peut-être seulement l’éternité ».


Jean-Marie de Crozals

Naître avec le monde, Henri Maldiney, Shitao, Nathalie Sarraute

Image
Article paru en 2013, réactualisé ce jour


Parfois au réveil dans la clarté indécise d'un pan d'espace,  où disparaissent tous les signes de reconnaissance, je ne perçois ni des choses ni des images. Je ne suis pas le sujet d'impressions pures, ni le spectateur indifférent d'objets qui me font face. Je suis co-naissant avec le monde qui se lève en lui-même et se fait jour à mon propre jour, lequel ne se lève qu'avec lui
Henri Maldiney " l'avènement de l'oeuvre"  source Cinq méditations sur la beauté, François Cheng



C'est en fonction de cette mesure du Ciel que l'âme du paysage peut varier; 
c'est en fonction de cette mesure de la Terre que peut s'exprimer le souffle
organique du paysage. Je détiens l'Unique Trait de Pinceau,et c'est pourquoi 
je puis embrasser la forme et l'esprit du paysage. Il y a cinquante ans, il n' y 
avait pas encore eu co-naissance de mon Moi avec les Monts et les Fleuves, 
non pas qu'ils eussent été val…

Je suis ce que je vois, Alexandre Hollan, Po&Psy 2020

Image
En 2015 paraissait « Je suis ce que je vois, notes sur la peinture et le dessin » 1975-2015 Alexandre Hollan. Livre évoqué ici sur Monde en poésie.

Vient de paraître une nouvelle édition revue et augmentée qui prolonge cette réflexion de 2015 à 2020. Une oeuvre méditative interrogée par le silence. Le peintre répond à l’appel de l’arbre qui façonne tout son travail pictural. Il fait confiance à l’intelligence organique. Des dessins et peintures d’une grande force apparaissent. A la lecture de son livre, au regard de ses dessins et peintures, nous avançons pas à pas vers la conscience du vivant.
«  En me réveillant il est là, ce désir d’union à l’existence. Élan pur qui cherche des formes »

Nous sommes touchés intérieurement. « La beauté » est célébrée. L’invisible se dévoile. Les tableaux deviennent « ce regard qui nous voit à travers les choses » Jean-Yves Leloup.


extraits

Dans le monde qui nous entoure, le monde visible, il y a tellement de choses que nous ne voyons pas… nous sommes aveug…

"Invincible été", Monde en poésie

Image
un peu de fraîcheur du bleu de mer et c'est le jour
danseur de lumière
Tous les vœux de Monde en poésie pour votre «  Invincible été » (A.Camus)

Brigitte Maillard
(...) Je retrouvais ici l’ancienne beauté, un ciel jeune, et je mesurais ma chance, comprenant enfin que dans les pires années de notre folie le souvenir de ce ciel ne m’avait jamais quitté. C’était lui qui pour finir m’avait empêché de désespérer. J’avais toujours su que les ruines de Tipasa étaient plus jeunes que nos chantiers ou nos décombres. Le monde y recommençait tous les jours dans une lumière toujours neuve. Ô lumière ! c’est le cri de tous les personnages placés, dans le drame antique, devant leur destin. Ce recours dernier était aussi le nôtre et je le savais maintenant. Au milieu de l’hiver, j’apprenais enfin qu’il y avait en moi un été invincible (...). Albert Camus - L'Eté extrait du "Retour à Tipasa", 1952

Invincible été, Monde en poésie, Brigitte Maillard