Articles

Souffles, BIRAGO DIOP

Image
Écoute plus souvent
Les Choses que les Êtres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Écoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots :
C’est le Souffle des ancêtres.
Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire
Et dans l’ombre qui s’épaissit.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans l’Arbre qui frémit,
Ils sont dans le Bois qui gémit,
Ils sont dans l’Eau qui coule,
Ils sont dans l’Eau qui dort,
Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule :
Les Morts ne sont pas morts.
Écoute plus souvent
Les Choses que les Êtres
La Voix du Feu s’entend,
Entends la Voix de l’Eau.
Écoute dans le Vent
Le Buisson en sanglots :
C’est le Souffle des Ancêtres morts,
Qui ne sont pas partis
Qui ne sont pas sous la Terre
Qui ne sont pas morts.
Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans le Sein de la Femme,
Ils sont dans l’Enfant qui vagit
Et dans le Tison qui s’enflamme.
Les Morts ne sont pas sous la Terre :
Ils sont dans le Feu qui s’éteint,
Ils…

Exposition des poèmes dans la cité

Image
La poésie à l'air libre

Pour la troisième année, les poèmes primés au concours de poésie organisé en étroite collaboration avec la municipalité de Pont-l'Abbé, l'association Salon Bigouden du Livre et le jury : Martine Gensac, Robert Gouzien, Ghislaine Le Du et Brigitte Maillard (Monde en poésie) présidente du jury, sont exposés au départ du chemin de halage. Avec le temps, les passants lecteurs sont de plus en plus nombreux à les découvrir ! Belle promenade à tous, à la découverte des écritures des lauréats 2018. Pour que vive la poésie !  Cette rivière dite "sans nom" à l'univers si naturel est vraiment de toute beauté... oiseaux, reflets, lumière.  L’exposition des poèmes dure un an. Voici quelques photos pour vous donner une idée de l’ensemble. Rappelons que l’édition de ces poèmes primés, doublée d’une sélection des poèmes choisis, est édité par Monde en poésie éditions Des racines et des arbres.





Poèmes poésie exposition Bretagne Pont-l'abbé rivière

Enfin le royaume, François Cheng

Image
Tu ouvres les volets, toute la nuit vient à toi, Ses laves, ses geysers, et se mêlant à eux, Le tout de toi-même, tes chagrins, tes émois, Que fait résonner une très ancienne berceuse.



Un jour si je me perds en toi, me rappelleras-tu mon nom ? Un jour en toi si tu me retrouves me révéleras-tu ton nom ?




à Etienne
Sois prêt à accueillir tout instant qui advient : sente gorgée de soleil, grisée de lune, clairière.



Cherche l’éclair, celui qui frappe d’un coup de foudre, Ou qui ébranle jusqu’aux entrailles ? d’une simple caresse


Vent debout, nous formons la grande houle ; En nous les brûlantes saisons s’écoulent Nous serons tout bruit au passage des cigognes ; Qu’un loriot chante, et nous serons tout ouïe



Enfin le royaume, Edition revue et augmentée quatrains François Cheng Gallimard 2019
- Forme brève mais moins abrupte que le haïku, le quatrain ne s'en tient pas au lapidaire, il sait donner du rythme à la pensée, à l'émotion, à la surprise, il sait initier un questionnement, amorcer une méditation, es…

Faire vivre la poésie, Jean-Luc Pouliquen

Image
Ce livre de Jean-Luc Pouliquen vient de paraître - distribution Amazon. Jean-Luc Pouliquen donne un nouvel éclairage à cette question "Comment faire vivre la poésie ? Comment lui assurer une présence ?"
FAIRE VIVRE LA POÉSIE Distribution AMAZON  88 pages 5,06 €
Le regard aiguisé de l’auteur, grand connaisseur de la poésie, nous entraîne dans une réflexion ouverte sur le rôle du poète aujourd’hui dans une société qui n’en fait pas grand cas. Le passé de l’auteur, son vécu intense dans ce milieu, ses rencontres au fil des ans donnent à cet essai une couleur franche et passionnante.
Viennent le rejoindre dans sa réflexion les auteurs Monique Marta, Michel Bernier,Brigitte MaillardRoselyne Camelioavec qui Jean-Luc Pouliquen entretient ces dialogues évoquant les rencontres passées, les actions poétiques en cours, ces « mains ouvertes à la poésie. »
Sa conversation avec Beth Gersh - Nesic, historienne et critique d'art, a déjà fait l’objet d’un livre paru en 2018 – Conversation …

Michel Baglin, "un frère en tout vivant"

Image
« L'ici-bas n'est pas acquis. Aimer ne suffit pas à toucher terre. il y faut des gestes pour cueillir, pour accueillir , pour délivrer (...) il y faut des mains de communion. Des mains sur des épaules. Fraternelles dans la fourrure des bêtes, troublées sur les seins trop blancs de la nuit.»

Il faudra (re)découvrir Michel Baglin qui vient de nous quitter. Poète d'une profonde humanité. Je sais qu'il fût le premier à accompagner mon travail. à l'éclairer de sa lumière. Il m'a aidé par toute son attention à la sortie du premier recueil, puis du second... C'était ça Michel aussi une écoute fraternelle des écritures qui tentaient d'entrer en poésie. Et ce n'est pas rien dans ce monde si difficile.

C'est sur les ondes de Radio Occitania - Christian Saint-Paul poète et créateur d'une émission hebdomadaire sur la poésie sur Radio Occitania - que nous pouvons écouter Michel Baglin son dernier entretien enregistré par téléphone depuis sa maison en bord …

AMIR OR, Entre ici et là, Po&Psy

Image
Visage
Une brise fraîche caresse doucement ma peau. La subtile lumière de l’aube posée sur les feuilles. Un monde lentement déploie ses membres. Partout mon visage se dévoile à nouveau
Poèmes du matin (extrait)

5 Qui étais-tu avant de revêtir ce corps ? Tout est posé, même le nombril, juste au milieu.
Une (extrait)
Sur mon lit, cette nuit, l’odeur de ton corps ne s’endort pas
Travelogue (extrait)
1 Devant toi, le dieu qui s’invente lui-même, je déroule ma prière : sois !
4 Le clapotis de l’eau nourrit mon cœur les rameaux du ficus rendent mes yeux plus verts. Le matin vient, que dit mon âme ? Artiste de l’ Être, fais de moi une musique. Sans ton esprit qui touche mon esprit sans ton regard qui voit à travers mes yeux, je suis un tronçon d’arbre, sans ressenti ni conscience, et mon existence ne souhaite que remède. Viens peindre mon monde à présent laisse-moi l’aimer sans peur, croire en mon cœur que ce n’est pas vain que j’ai envoyé mes mots pour te toucher. Comme une plume aimée prends-moi dans ta main et écris en m…

Affolement du sang Marie-Josée Christien

Image
On n’entend le souffle que lorsqu’il se retire dans le vertige bref du silence qui s’installe
Seul le poème est digne du désespoir




Quelques paroles sauveront peut-être encore
quelque chose qui bruit comme la vie qui creuse lentement
quelque chose qui bruit qu’on n’entend pas



J’écris une blessure que les motscachent à grand peine
Le murmure fera place au silence
jusqu’au bord du gouffre


Une lumière persiste encore trop lointaine pour être captée
tous les rêves sont permis
à son approche
étreinte et parole réunies en un seul accord

Affolement du sang Marie-Josée Christien, rehaussé d’encres d’André Guenoun Al Manar 2019  pages 15, 22, 106, 123



Ardente poésie dédiée à son ami fidèle, A.Vaquez - médecin français qui a donné son nom à une maladie du sang dite maladie de Vaquez et / où polyglobulie. Une maladie dont souffre l’auteur, Marie-Josée Christien. La force de son écrit, au plus près de son expérience, de sa douloureuse présence au monde, nous laisse par instant essoufflé. La traversée est rude. Poème secours,…