Articles

Gilles Baudry, le silence

Image
"Simple miracle d’être là
avec le livre ouvert de ses mains vides
regard tourné
vers le dedans
la voix bleu nuit
qui porte en elle tout l’embrasement
de la brisure
l’écriture arrachée
à l’invisible
et tout ce qu’ensemence le silence"
Demeure le veilleur Gilles Baudry, juin 2013, Ed ad Solem


Gilles Baudry,, poème, monde en poésie

Reprends le chemin qui t'émerveille

Image
Place aux nuances, à la vibration du sensible, photo sans "distraction", juste la forme et la lumière...
Un nouveau récit pour penser le monde tel que nous le désirons.


Reprends le chemin qui t'émerveille
Nous avançons à découvert
troublés par les éléments
qui se regardent de toute part Imaginons un champ de lumière
une transparence majeure
*
Laisse la vie
suis son cours
le temps se dépasse
il nage en plein coeur
au hasard de toi

extraits Il y a un cheminBrigitte Maillard ed. LGR La simple évidence de la beautéed.Monde en poésie

Bernard Moitessier, La Longue route, écrivain voyageur

Image
"Car le rêve est allé jusqu’au bout du rêve...ensuite il a dépassé le rêve"

"Et quand je monte sur le pont à l’aube, il m’arrive de hurler ma joie de vivre en regardant le ciel blanchir sur les longues traînées d’écume de cette mer colossale de force et de beauté, qui parfois cherche à tuer. Je vis, de tout mon être. Ce qui s’appelle vivre et peut-être faut-il aller plus loin encore en regardant la mer. On peut la regarder pendant des heures et des jours et des semaines et des mois. Et des années peut-être.
Et on peut voyager très vite et très loin avec elle et dans elle. Il suffit pour cela de poser le regard sur une vague. Une vague pas trop petite et pas trop grosse, juste la taille qu’il faut. Alors elle nous emmène à sa plage et on revient sur le bateau quand
on en a envie. On peut choisir en disant à la vague d’aller sur du sable blanc ou sur du sable noir. Ou bien sur du corail de la couleur qu’on veut, ou sur des rochers lisses avec des algues vertes, comme o…

Tisser les couleurs du silence Jean-Pierre Boulic & Marie-Gilles Le Bars.

Image
Monde en poésie a la joie d'accueillir ce nouveau livre de Jean-Pierre Boulic & Marie-Gilles Le Bars. Pierre Tanguy auteur, poète et critique nous le présente au travers de sa note de lecture.


Un poète et une artiste peintre. Jean-Pierre Boulic et Marie-Gilles Le Bars unissent leurs talents pour « tisser les couleurs du silence » en une trentaine de poèmes pour l’un, et autant d’aquarelles pour l’autre. Leur création relève avant tout de l’exercice spirituel, marqué par cette sensibilité chrétienne qui leur est commune.
De quoi le silence est-il le nom ? Jean-Pierre Boulic esquisse une réponse : « Trouvère de l’invisible / Il s’avance gardien des mots / Passeur des signes de la terre ». Ces signes sont reconnaissables sous la plume de l’auteur finistérien. Ils se nomment « violettes », « fusains », « sauges », « hortensias », « orges » et « l’herbe drue et verte des prairies / Où se nourrissent les anges ». Sans oublier les oiseaux et « la feuillaison de leurs chants ». Mais – u…

Nicole Laurent-Catrice, Pour la vie - lu par Pierre Tanguy

Image
Monde en poésie a la joie d'accueillir ce nouveau livre de Nicole Laurent-Catrice, Pour la vie.Pierre Tanguy auteur nous le présente au travers de sa note de lecture.

Nicole Laurent-Catrice : « Pour la vie »



Aphorismes, maximes, exhortations : le nouveau petit livre de la rennaise Nicole Laurent-Catrice ouvre de larges perspectives. On y parle de l’amour, de la mort, du mal… Mais surtout de la vie. Autrement dit tout ce qui doit être au cœur d’une vraie création poétique.
Il faut avoir une profonde expérience de la vie (et en avoir retenu les leçons) pour s’aventurer dans une telle démarche d’écriture. Dire en quelques mots – parfois sous la forme d’un conseil avisé – ce qui doit nous animer vraiment dans la vie. Porter, aussi, un regard distancié sur le monde et savoir – « plein d’usage et raison » - faire la part des choses. Au fond, adopter la posture (au bon sens du terme)d’un sage revenu de toutes les illusions et désormais à même de délivrer à d’autres son expérience intime. « …

Poésie du vivant, L'arbre bleu, Alechinsky, Yves Bonnefoy

Image

Les oiseaux du petit fleuve, François Graveline, madé, Po&Psy

Image
Un oiseau passe la vie aussi
tu n’en sais pas plus sur elle que sur lui
*

L’énigme est ta chrysalide.

*
Petit fleuve ton silence est une eau douce pour l’océan

un grand large qui t’emporte.

*
L’énigme est un galet
le ricochet une réponse.

*
Corbeau tonnerre ailé tonnerre éraillé rauque orage
l’éclair te reste en travers de la gorge

*
Tu te dresses au plus bas des cieux dans un monde à perte de vue