Articles

René Le Corre, le chant de la mer

Image
  Photo Pierre Tanguy Redevenir poussière ! Mais nous savons l'énergie de l'infiniment petit. Nous savions déjà qu'il fallait que le grain meure pour que lève le blé. De quoi est fait ce monde sinon d'une incessante métamorphose ? La brève lueur individuelle qui intègre un instant le tourbillon gigantesque, s'y abîme et renaît sous d'autres formes. Le temps est-il ligne, ronde, spirale ? ou décharge spasmodique de quanta ? La noblesse poussiéreuse qui nous habite se tait et se rehausse de sa complexité fragile." Un Monde de rosée René Le Corre ed.Monde en poésie page 48 René Le Corre poète philosophe demeurant à Pouldreuzic dans le Finistère, vient de nous quitter à l'âge de 98 ans. J'ai eu l'honneur d'éditer René Le Corre en 2017. Nous avons travaillé ensemble son dernier manuscrit "Un monde de rosée" ed.Monde en poésie , entourés de ses amis fidèles Pierre Tanguy (préface) et René Perron (postface). Et c'est  une immense t

Désirs-Rade exposition Daoulas Poèmes et photographies

Image
  Pour la 5e année consécutive, le Printemps des Poètes de Daoulas va se dérouler sous les auspices du mariage entre Photographies et Poésie. Cette union va se concrétiser sous la forme d’une exposition de panneaux alliant ces deux formes artistiques dans les embruns de la Ria de Daoulas le long du chemin de l’Estacade. L’intitulé de l’exposition  « Désirs-Rade »  rappelle le thème national 2021 du printemps des poètes : Le Désir Cette manifestation, soutenue par la commune de Daoulas labellisée  « village en poésie »  et la Communauté de Communes de Landerneau-Daoulas, est portée par l’association  « Prim’Vers et Prose »  qui œuvre depuis une dizaine d’années à la promotion de la Poésie sur son territoire. Cette exposition a lieu du samedi 24 avril à fin septembre. Elle prolonge celle des  « ballades photographiques »  installée dans la commune sous l’égide de l’Abbaye. L’inauguration officielle aura lieu le samedi 29 mai prochain à la salle du Moulin du Pont à Daoulas en prés

Le trésor des humbles Maeterlinck

Image
« Rien ne se mêle plus aisément que la terre et le ciel ; et si vous avez regardé les étoiles avant d’embrasser votre amante, vous ne l’embrasserez pas de la même manière que si vous aviez regardé les murs de votre chambre. Soyez sûr que le jour où vous vous êtes attardé à suivre un rayon de lumière à travers l’une des fentes de la porte de la vie, vous avez fait quelque chose d’aussi grand que si vous aviez pansé les blessures d’un ennemi, car dans ce moment-là vous n’aviez plus d’ennemi. (…)   On trouve ainsi dans les poètes un vers qui ça et là au milieu des humbles événements de nos jours ordinaires, semble entrouvrir quelque chose d’énorme. Aucun mot solennel n’a été prononcé et l’on dirait que rien n’a été appelé ; et cependant, pourquoi   une face ineffable   nous a-t-elle fait signe derrière les larmes d’un vieillard (…) C’est parce que les poètes étaient plus attentifs que nous à «  l’ombre interminable… ». Au fond la poésie n’est que cela, elle n’a d’autre but que d

La fraîcheur du jour en poésie

Image
ce vert éclatant un regard vers l'invisible et pour nous porter bonheur "Rien qui m'appartienne Sinon la paix du coeur et la fraîcheur de l'air" Kobayashi Issa. 1763 - 1828 Joie du premier mai à vous  Photo Brigitte Maillard Photo Brigitte Maillard La fraîcheur du jour monde en poésie

Sentinelle Marie-Josée Christien poésie

Image
  Marie Josée-Christien présente dans la collection Phénix des Editions Sauvages un nouveau recueil, dans une nouvelle édition augmentée de l'ouvrage de poésie édité en 2001 par Citadel Road Editions. Illustré par les collages de l'auteur : Sentinelle Nous partageons avec joie sur Monde en poésie les ouvrages de l'auteur et poète  Marie-Josée Christien .  Voici  le lien  vers la présentation de certains de ses recueils au cours de ces dernières années.   Une écriture toujours ciselée, un même regard sur la Bretagne, son havre de paix, une écoute du souffle du monde et, de la terre au ciel, une aimantation de tout son être.  Sentinelle elle  entend l'univers , guette ce passage du visible à l'invisible et vibre à l'énergie du paysage. Le ressac/ étaye ma conscience/m'harmonise/ au souffle de l'univers (...) Respirer devient si simple.     Terre et ciel échangent leur soif   Leurs transparences se mêlent dans une seule vibration.  

Madeleine Bernard, la Songeuse de l'invisible

Image
Monde en poésie a la joie d'accueillir ce nouveau livre de l'auteure Marie-Hélène Prouteau Stéphan.  Pierre Tanguy auteur, poète et critique nous le présente au travers de sa note de lecture.  La Nantaise Marie-Hélène Prouteau nous fait revivre l’âge d’or de la révolution picturale de la fin du 19 e  siècle et notamment celle liée à l’Ecole de Pont-Aven à travers l’histoire de la vie de Madeleine Bernard (1871-1895), sœur du célèbre peintre Emile Bernard. De trois ans sa cadette, cette  « jeune femme incandescente »  morte à 24 ans fut à la fois muse, modèle et confidente non seulement de son frère mais aussi d’autres artistes qui ont profondément marqué cette période de l’histoire de l’art. « Madeleine est très à l’aise dans la conversation avec ces peintres un peu fêlés qui peignent les arbres en bleu, le sable des plages en vermillon et japonisent à tout va ».  Marie-Hélène Prouteau nous parle ici d’un moment décisif dans

Tu dis délivrer la lumière, Sabine Dewulf et Florence Saint-Roch

Image
  Elles se découvrent et se répondent, se donnent la joie du partage, des mots , des sensations, des couleurs de nos vies. Elles , c’est le croisement des regards poétiques et photographiques   de Sabine Dewulf et Florence Saint-Roch. Entrer dans ce livre, pas à pas, s’habituer à ces deux voix, en écho et alternance, repérables par le jeu des italiques pour Sabine Dewulf, nous voilà accompagnés par cette quête, l’écoute qui s’en dégage, profonde et lumineuse. Paru aux éditions Pourquoi viens-tu si tard mars 2021, 12 € Retrouver  Sabine Dewulf  sur Monde en poésie  Florence Saint-Roch  et  Sabine Dewulf  sur le site  Terre à ciel   (Note de lecture et présentation de cet ouvrage) Tu dis délivrer la lumière, Sabine Dewulf et Florence Saint-Roch