jeudi 30 avril 2015

Fil de vie, Marie-Gilles Le Bars & Gilles Baudry

Fil de vie Marie-Gilles Le Bars Gilles Baudry




Vous présenter les peintures de Marie-Gilles Le Bars, aquarelliste


Un livre tout juste paru Fil de vie  et édité à compte d’auteur présente sa rencontre, 
entre poèmes et peinture, avec le poète Gilles Baudry





Vie

Simplicité
de pouvoir rêver grand
dans les petites heures du temps ordinaire
et croire que dans le plus dénué
il reste encore
cette part de ciel et d'amour
qui qualifie la vie.

Gilles Baudry





Suivre le lien vers le site de Marie-Gilles Le Bars pour découvrir ses peintures inspirées
Actualités / prochains ateliers, expositions et commande de ce bel ouvrage.

" (...) saisir l'insaisissable et le donner en partage (...) et par le reflet des choses 
le glissement du sensible vers l'invisible" Marie-Gilles Le Bars



Pour découvrir le poète Gilles Baudry je vous invite à lire cet entretien passionnant
de Gwen Garnier-Duguy paru dans la revue Recours au poème 

& Sur Monde en poésie poèmes de Gilles Baudry extraits de Demeure le veilleur


Brigitte Maillard 


Poésie, peinture Fil de vie, Marie-Gilles Le Bars Gilles Baudry


mercredi 22 avril 2015

Lascaux et autres sanctuaires,Marie-Josée Christien









Dans l'étreinte des origines
de ses secrets murmurés
lorsque tremblent ou se figent
les signes morcelés

un instinct de lumière
nous parvient.





Marie-Josée Christien, Lascaux et autres sanctuaires, Jacques André Editeur 2015




Lascaux et autres sanctuaires



Bonne nouvelle! Vient d'être réimprimé ce livre paru en 2007 de Marie-Josée Christien passionnée par les trésors de Lascaux
 
"(...) Marie-Josée Christien nous fait revivre, dans les grottes oubliées et retrouvées de nos ancêtres, nos racines et les fondements d'une spiritualité qui ne peut que se vivifier au contact de la pierre et de la présence multimillénaire de l'homme vrai.(...) Il s’agit bien ici d’une série d’énigmes dont nous possédons quelques indices frêles qui permettent à Marie-Josée Christien une osmose vers l’esprit dans la nuit des temps abolis.(...)" 

José Millas-Martin extrait préface





Lascaux et autres sanctuaires,Marie-Josée Christien

dimanche 19 avril 2015

André Velter, Jusqu'au bout de la route


"De Séville aux montagnes et déserts de la Haute-Asie, ce livre-récital est une migration qui va à l’aventure, même en pays connu, avec pour écho et escorte les improvisations du violoncelle de Gaspar Claus. Parcours de mémoire vive, Jusqu’au bout de la route restitue les villes, les bivouacs, les ermitages et les êtres aimés, dans une irréductible lumière de soleil levant." extrait quatrième de couverture




Flamboyant et si profond ce chant d’André Velter, Jusqu’au bout de la route.
Entre braises et feu, au lieu des départs extrêmes, s’ouvrent  les portes d’un royaume
en état d’évasion permanente. Un monde en désir et en métamorphose.


Ecrit à Voix Haute ce récit musical - ce Livre –Récital - conte l’aventure du chevalier errant attiré par l’odeur du feu. C’est le grand voyage. Celui du poète si présent qui traverse les mots et les lettres des sierras andalouses aux ermitages du Tibet. Au nom de quoi ? D’un hymne à la joie. Pour aller Jusqu'au bout de la route et même nettement au-delà.

C’est que je viens d’une autre vie, lui murmure le corps tout entier:
 


(...) 
 

Mais c’est quoi cette part divine
Qui rôde ici après vous sans être vous
Comme l’aile arrachée que Dürer a dessinée
Et qui n’a jamais cessé de voler


L'Oracle page 131
 



(…)
le souffle est là
dont on ignore presque tout
sauf qu’il est là

on dirait un rodeur
un chaman
un reître en rupture de ruines,

l’amant des solitudes
et du vent,

quelqu’un,
peut-être personne
mais si présent

à force d’être
un voeu de silence
un envoûtement,

une blessure de sable

la route que je suis
dévoile très peu de la route,

elle va de carrefour
en carrefour,

sans dévier cependant
de la trajectoire qui déclare

entre douceur et douleur,

son identité ses entêtements
à une lettre près

errance est un mot si étrange…

avec sa part d’exil volontaire
de mise à l’écart de soi

et ce murmure sans foi ni loi
qui retourne au mystère



D’un rien on avance encore
vers la nuit où se lèvent
des étoiles trop grandes




Même s’il m’est arrivé
de perdre mes caravanes




A TOUJOURS C’EST PARTIR
MESURER L’IMPOSSIBLE
PAR UN ECLAIR FRAGILE
QUI LARGUE S’IL LE FAUT
L’AUBE DU DERNIER JOUR
AUX PORTES DE LAHORE
OU PLUS HAUT QUE LE GANGE



 
CARAVANES  pages 63 à 69  


Jusqu'au bout de la route,  un livre récital avec Gaspar Claus, 
ANDRE VELTER GALLIMARD 2014, 15,50 €




(message paru en mai 2014 réactualisé ce jour)

Brigitte Maillard

André Velter, Jusqu'au bout de la route