Tomas Tranströmer, La grande énigme, haïkus









La mort se penche 
et écrit à a surface de la mer.
L'église respire de l'or

*
Quelque chose est arrivé.
La lune illuminait la chambre
Dieu seul le savait

*
Le toit s'est lézardé
et le mort peut me voir.
Ce visage.

*
Écoute bruire la pluie.
Je murmure un secret pour
entrer en son centre

*
Scène sur le quai.
Quel calme étonnant -
La voix intérieure.





Tomas Tranströmer prix Nobel de Littérature 2011

La grande énigme rassemble un ensemble de haïkus




Tomas Tranströmer, La grande énigme, haïkus

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'ardeur, printemps des poètes 2018

Souffles, BIRAGO DIOP