LA POSTÉRITÉ DU SOLEIL, René Char, Albert Camus


La Postérité du soleil Camus



« Demain, oui, dans cette vallée heureuse, nous trouverons l'audace de mourir contents ! » 



La postérité du soleil est un livre d’amitié. Albert Camus, René Char et Henriette Grindat photographe, s’y retrouvent et dessinent là une œuvre originale qui exalte leurs rencontres et célèbre le Vaucluse.

« LA POSTERITE DU SOLEIL naquit de la rencontre d'une jeune photographe, Henriette Grindat, du plaisir que Camus prenait de plus en plus à parcourir ce pays, et de mon désir, quand je vis les premières photographies d'Henriette Grindat, d'obtenir des images, des portraits, des paysages du Vaucluse qui différeraient des cartes-postales ou des documents de pure recherche que leur maniérisme involontaire exile aussitôt ». extrait Naissance et jour levant d’une amitié, René Char.

Ce livre paraitra en 1986, grâce à René Char, bien après la mort d’Albert Camus.
Les éditions Gallimard le présente en 2009 dans sa version actuelle grand format. Remarquable ouvrage poétique qui relie les mots de Camus, les photos noir et blanc d’Henriette Grindat et le regard de René Char qui conte la genèse de cette œuvre commune Naissance et jour levant d’une amitié…
De moment en moment, est le formidable poème d’ouverture de ce livre par René Char.

"Pourquoi ce chemin plutôt que cet autre ? Où mène-t-il pour nous solliciter si fort ? Quels arbres et quels amis sont vivants derrière l’horizon de ses pierres, dans le lointain miracle de la chaleur ? Nous sommes venus jusqu’ici car là où nous étions ce n’était plus possible. On nous tourmentait et on allait nous asservir. Le monde, de nos jours, est hostile aux Transparents. Une fois de plus il a fallu partir… Et ce chemin, qui ressemblait à un long squelette, nous a conduits à un pays qui n’avait que son souffle pour escalader l’avenir. Comment montrer, sans les trahir, les choses simples dessinées entre le crépuscule et le ciel ? Par la vertu de la vie obstinée, dans la boucle du Temps artiste, entre la mort et la beauté."

LA POSTÉRITÉ DU SOLEIL, De moment en moment, René Char page 7



« Tout le long du chemin, des mûres sucrées et poussiéreuses.
Voyageur, qui reviens de loin, elles n’apaiseront pas ta soif ;
le retour est plus aventureux que les départs.
Mais la bouche et les mains sanglantes,
tu fuiras plus vite devant le soleil, vers l’ombre et le puits.
Le premier amour t’attend à la fin des jours. »


page 42

Découvrir aussi  Je veux parler d’un ami  Texte que le poète René Char adresse au Figaro littéraire en 1957 en l'honneur de l'écrivain Albert Camus tout juste décoré du prix Nobel .

"(…) L'amitié qui parvient à s'interdire les patrouilles malavisées auprès d'autrui, quand l'âme d'autrui a besoin d'absence et de mouvement lointain, est la seule à contenir un germe d'immortalité. C'est elle qui admet sans maléfices l'inexplicable dans les relations humaines, en respecte le malaise passager. Dans la constance des cœurs expérimentés, l'amitié ne fait le guet ni n'inquisitionne. Deux hirondelles, tantôt silencieuses, tantôt loquaces, se partagent l'infini du ciel et le même auvent."


LA POSTÉRITÉ DU SOLEIL, René Char, Albert Camus

Commentaires

Articles les plus consultés ce mois-ci

Souffles, BIRAGO DIOP

Monde en poésie, 10 ans déjà !

Rabindranath Tagore, poèmes, La corbeille de fruits, L'offrande lyrique