André Velter, "Aller au-delà, oui, mais vers le haut"

André Velter, la vie en dansant



"Il y a en l’homme une dimension poétique essentielle qui fonde son humanité."  Michel Le Bris
Le poème de l’être humain

André Velter est animé d’une haute sensibilité qui l’élève dans l’ "authenticité de l’être". Ses chants réveillent l’homme vibrant en nous. Sa vie est un voyage, réel, en quête de soi  au travers des amours, pays, inattendus. Plongez dans son œuvre, allez-au-delà "Au-delà du monde, oui ,mais vers le haut »…  André Velter sera le compagnon de la merveille, de la force fragile, de l’aventure. Sa force de vie - de création - est telle qu’il réveille cette dimension extraordinaire, profonde de l’être humain.
Il aime, voyage, découvre, ressent la force de l’univers et  permet au poème de surgir. Ne passez pas à côté de ce recueil qui rassemble ces trois grands écrits du poète qui a fait de sa marche un travail gigantesque.  L’œuvre d’art ainsi vécue témoigne de l’immensité de l’être intérieur.




De quel chant est née la mémoire
qui nous a longtemps menés
au pays des voix d’éveil
et de grand silence ?

page 306 Au Cabaret de l’éphémère



Le sens de la marche
Qu’il le veuille ou non
L’horizon m’accompagne
C’est une chimère en chemin
Une rumeur sourde qui secoue les lointains
Une manière de lâchez-tout
De providence accidentelle
À hauteur des yeux et des tempes
Là-bas est un autre
Là-bas est un être de chair et de vent
Que j’identifie à merveille
Dans le sens de la marche
Un sortilège de sables mouvants
Une vue de l’esprit dans un mouvement
Qui se conjugue au futur intérieur
Au futur infaillible
page 341 Avec un peu plus de ciel



Tout est départ.
Du mouvement il n’y a pas à démordre.
Du mouvement dans l’azur ou l’asphalte, les volcans ou les glaces.
Le moindre geste a semé des étoiles sur la terre.
Qui ne sent la cavalcade, le carnaval, la migration des corps et des pierres ?
Le moindre écart a jeté des outrages au ciel.
Qui n’accueille les cachots, les blasphèmes et les traces ?
Le moindre pas a levé d’autres horizons.
Qui ne vit d’alertes, de temps anéantis, de souffles brûlants et d’ombres ?
Tout est dépense.
Tout est désert.
Au grand miroir de nos mains vides.

page 19 La vie en dansant



La vie en dansant

suivi d' Au Cabaret de l'éphémère et d'Avec un peu plus de ciel André Velter
Préface de Richard Blin
Collection Poésie/Gallimard (n° 550), Gallimard
Parution : 13-02-2020
Site des éditions Gallimard
Bio Wiki 
Sur le site du Printemps des poètes 2020
André Velter  Jusqu'au bout de la route sur Monde en poésie
Zeno Bianu et André Velter Prendre feu sur Monde en poésie


André Velter, poème, poésie, la vie en dansant 

Commentaires