Et je suis sur la terre, Sabine Dewulf




Et je suis sur la terre, Sabine Dewulf



A Matthieu Ricard

Au réveil est le livre
de l’infini ta paume fait l’épreuve

le fort s’est rompu

demeure seul ce point d’air vif
d’une lacune à l’autre

froissement bruissement de feuilles accordées
piqûre d’or des renoncules
joie sans morsure du temps
tes sensations reprennent gouvernail
lespace est une vasque

gratitude adressée
à personne

petite tu étais quand l’impasse accrochait
moqueries à ses masques
toi tu cherchais la clef

clef d’or ouvre l’ici

où la source reconnait l’évidence
le revers du mystère

seuil franchi sans retour

pages 38 et 40




sans  le dire un ange te sculpta
dans la roche du jour

autour il enroula le rire
lumière qui regard

sur la terre
tes pensées sont assises
tes doigts font des constellations

page 83




La lumière m’envisage
nous irrigue
fleuve du ciel en feu

l’heure darde son aiguille
éclat de ton tissu

nos mains portent le jour au faîte de l’été

page 90




Et je suis sur la terre
Sabine Dewulf
Aquarelles de Caroline François-Rubino
ed  L’herbe qui tremble

104 pages: janvier 2020
14 €




Note de lecture Isabelle Levesque sur Terres de Femme




Et je suis sur la terre, Sabine Dewulf


Commentaires