Gilles Baudry, À la lumière du silence



Chers lecteurs,

 

J’ai eu l’immense joie de pouvoir réaliser la semaine passée l’interview de Gilles Baudry, moine poète à l’Abbaye Saint-Guénolé de Landévennec. Homme silencieux, Gilles Baudry, sous le grand cèdre du Liban, nous parle du poème, de la parole et du silence.

 

Cette rencontre, ici au Pays de la mer, est accueillie par « Les escales de Jeanne orient » Un grand merci !

 

Étaient présents sous le grand cèdre, AïchaDupoy de Guitard, photographe, dont les photos accompagnent la vidéo. Guillaume Prié pour les images et le son. Je n’oublie pas les oiseaux, le vent ce jour-là, et les passants, visiteurs de ce lieu exceptionnel qu’est l’Abbaye.

 

Gilles Baudry est là avec nous dans toute la simplicité de son être.

 

Brigitte Maillard

 

 

Lisière     intangible  frontière

lieu où l’espace touche au temps

 

ici    rien ne peut être la patrie

seul l’invisible  nous ouvre les yeux

 

sous la corolle de la lampe qui fléchit

sur sa tige et les sépias des ombres j’écris

 

l’envers du monde je le vois    j’entends

des pas de brume qui s’approchent

 

 

Le bruissement des arbres dans les pages, Gilles Baudry, éditions Rougerie 2013


Abbaye de Landévennec 

Gilles Baudry sur Monde en poésie

Gilles Baudry bio sur le site du Printemps des poètes

François Cheng et Gilles Baudry

Poème dédié par François Cheng à son ami moine-poète Gilles Baudry. François Cheng Enfin le Royaume Poésie/ Gallimard janvier 2019, 60 quatrains inédits. Photo Brigitte Maillard.

« Le quatrain est un élément universel du langage poétique. En chine c’est une forme majeure dans la tradition classique. Le quatrain est le diamant de la poésie universelle. Il constitue la forme la plus concentrée tout en étant complexe ce qui lui permet d’irradier dans tous les sens. » François Cheng Interview La grande Librairie 23 février 2018



 

Gilles Baudry interview Brigitte Maillard

Commentaires

  1. bonjour

    merci pour ce partage
    toute chose se révèle dans le silence
    que la poésie demeure

    Jean-Charles Paillet

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire